La mairie de Tafiré menace de démolir les constructions d’une zone marécageuse
0
 

Écouter
Publicite
La mairie de Tafiré menace de démolir les constructions d’une zone marécageuse

La mairie de Tafiré menace de démolir les constructions d’une zone marécageuse

AIP | Lu 5115 fois | Publié

Le maire de la commune de Tafiré et son conseil menacent formellement de démolir les constructions situées sur un site marécageux au quartier Kanakaha de la ville, annonçant une étude de modalités en vue de l’accompagnement des personnes ayant acquis des lots à bâtir sur l’espace mis en cause, a appris l’AIP sur place, le samedi 18 avril 2020.

Selon le premier magistrat de la commune de Tafiré, Coulibaly Sounkalo dit Charles Sanga, l’espace du quartier Kanakaha, situé entre l’école primaire de ce quartier et le chemin de fer, est une zone à risques pour les habitations car inappropriée à la construction.

“Selon les études réalisées, cet espace, un ancien cimetière, est marécageux et ne supporterait pas des constructions d’un certain niveau “, a expliqué Charles Sanga justifiant la ferme décision du conseil municipal de procéder à la démolition immédiate de toute construction, sans autorisation municipale préalable, à cet endroit.

Par ailleurs, a-t-il rappelé, le conseil municipal de Tafiré avait pris une délibération, courant 2015-2016, en vue de faire de cet espace un parc boisé afin de préserver la vie des populations, aménager l’environnement et offrir ainsi un cadre de vie idoine aux riverains de ce site, précisant que la mutuelle de Selilékaha, organisation initiatrice de ce lotissement urbain, avait été informée de l’affaire.

“La mairie étudie les modalités d’accompagnement pour tous ceux qui ont acquis les lots sur cet espace dans la légalité”, a préconisé Charles Sanga, déplorant des informations récurrentes quant à la volonté d’installation de certaines personnes sur l’espace mis en cause.

En effet , des propriétaires de lots, à l’instar de Ahmed Soro Ardjouma, jugent la procédure de recasement de la mairie “longue avec à la clé, des documents parfois difficiles à fournir”.

” Il y a longtemps que mon terrain m’a été légué en héritage par la famille, après le décès de mon oncle. Je n’ai même pas de carte nationale d’identité, encore moins de documents afférents à ce bien foncier”, a-t-il marmonné.

Le service technique de la mairie, a précisé le maire Charles Sanga, à ce sujet, est ouvert à tous, relativement aux informations et démarches préalables à toute construction dans le domaine urbain.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Coronavirus: le Premier ministre d'Eswatini en Afrique du Sud pour des soins

Soudan: l'arrivée des réfugiés provoque un déboisement massif

Tchad: des radios cessent d'émettre après l'arrestation de journalistes et opposants

Algérie: trois islamistes armés tués (ministère de la Défense)

Insécurité en RDC: l'ONG Médecins sans frontières (MSF) se retire d'un territoire à l'Est

Publicite
Publicite