Guinée-Bissau: nouvelle grève de 10 jours des fonctionnaires pour une hausse de salaires
0
 

Écouter
Guinée-Bissau: nouvelle grève de 10 jours des fonctionnaires pour une hausse de salaires

Guinée-Bissau: nouvelle grève de 10 jours des fonctionnaires pour une hausse de salaires

AFP | Lu 1894 fois | Publié

Les fonctionnaires de Guinée-Bissau ont entamé mardi une nouvelle grève de dix jours pour réclamer une hausse du salaire minimum et de meilleures conditions de travail, a t-on appris auprès de leur syndicat.

La grève a été déclenchée par l'Union nationale des travailleurs de Guinée-Bissau (UNTG), la centrale majoritaire dans la fonction publique avec 8.000 membres sur quelque 13.000 fonctionnaires.

A Bissau, la capitale, les ministères et bureaux de l'administration étaient fermés mardi et un service minimum était observé à l'hôpital Simao Mendes, le plus grand du pays, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'UNTG réclame un relèvement du salaire minimum de 19.200 francs CFA (plus de 29 euros) à 59.000 FCFA (près de 90 euros) et de meilleures conditions de travail. 

"Nous allons poursuivre notre mouvement jusqu'à ce que le gouvernement se plie à nos revendications", a déclaré à l'AFP Julio Antonio Mendonça, secrétaire général de l’UNTG. Le mouvement va, selon lui, se poursuivre sans trêve jusqu'au 2 août.

Pour l'UNTG, le gouvernement bissau-guinéen remplit toutes les conditions pour augmenter les salaires des agents de la fonction publique, d'autant plus que, selon ses responsables, ceux des députés et des ministres ont été récemment augmentés.

Les salaires des députés sont passés de 650.000 francs CFA à 850.000 francs CFA (d'environ 990 à 1.295 euros) fin mai, selon des sources parlementaires qui ont également fait état d'une dotation d'un véhicule 4X4 à chacun des 102 législateurs. 

Les salaires des ministres ont également été augmentés en mai selon des sources au ministère qui n'ont pas précisé le niveau de cette hausse.

La Guinée-Bissau a traversé des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre, Domingos Simoes Pereira, chef du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), auquel M. Vaz appartient également.

Un nouvel accord de sortie de crise a été conclu au sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) le 14 avril à Lomé. 

Cet accord a abouti à la désignation d'un Premier ministre de consensus, chargé de conduire le pays aux législatives le 18 novembre, et à la reprise des travaux du Parlement, qui s'est réuni le 19 avril pour la première fois en deux ans.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Ethiopie: 66 soldats condamnés à des peines de prison

Gabon: la police disperse une marche de partisans de l'opposant Jean Ping

Bilan à mi-parcours du PND 2016-2020 dans la région de San Pedro

Plus de 7 000 électeurs attendus aux municipales partielles à Rubino

Les populations de Man sensibilisées à connaître leur statut sérologique