Nigeria: Boko Haram attaque trois bases militaires dans le nord-est
0
 

Écouter
Nigeria: Boko Haram attaque trois bases militaires dans le nord-est

Nigeria: Boko Haram attaque trois bases militaires dans le nord-est

AFP | Lu 1458 fois | Publié

Les jihadistes de Boko Haram ont attaqué trois bases militaires au cours des derniers jours dans le nord-est du Nigeria, tuant trois soldats et pillant armes et équipements, ont rapporté vendredi des sources civiles et militaires à l'AFP.

Vendredi à l'aube, l'armée nigériane a repoussé une attaque à Banki, à la frontière avec le Cameroun, là où opère la faction de Boko Haram dirigée par le leader historique Abubakar Shekau, a déclaré un officier sous couvert d'anonymat.

"L'attaque a été repoussée et les terroristes sont partis", a-t-il expliqué, sans évoquer de pertes du côté de l'armée. 

La région de Banki (130 kilomètres au sud-est de Maiduguri, capitale de l'Etat du Borno) a été visée de nombreuses fois par les insurgés et des dizaines de milliers de personnes vivent toujours dans des camps de déplacés autour de la base militaire. 

Mercredi, des combattants de l'autre faction de Boko Haram affiliée au groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont mis à sac deux autres bases militaires dans le Borno et dans l'Etat voisin de Yobe. 

A Gaidam (Yobe), ils y ont mis le feu ainsi qu'à des commerce et des maisons à proximité. Les combattants d'ISWAP sont arrivés du Niger dans un convoi composé de plus de 20 véhicules, selon un membre des milices civiles qui combattent aux côtés de l'armée. 

A Ajiri, dans la région de Mafa (Borno), trois soldats ont été tués lors de l'attaque et des armes pillées, ont rapporté un soldat et un milicien à l'AFP, mais l'armée n'a donné aucune information officielle concernant cet incident. 

Boko Haram attaque de manière constante les bases militaires dans le nord-est depuis le mois de juillet, faisant des dizaines voire des centaines de morts. 

L'insurrection jihadiste, qui a débuté au Nigeria en 2009, a fait au moins 27.000 morts et provoqué une grave crise humanitaire avec 1,8 million de déplacés.

La question est l'un des enjeux de la présidentielle du mois prochain à laquelle le dirigeant sortant, Muhammadu Buhari se représente.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Lancement des travaux de construction de la route de l’aéroport de San Pedro

Le projet d’appui à la réintégration des ex-refugiés ivoiriens au Libéria présenté à la ministre Mariatou Koné

Mariatou Koné se réjouit de l’ouverture du nouveau pont « Yaka » à Tabou

A Béoumi, chrétiens et musulmans prient pour ” le pardon et le vivre ensemble “

Le ministre Sidi Touré sensibilise pour la consolidation de la paix et la cohésion sociale à Bouaké