Egypte: le Parlement autorise les militaires à se présenter aux élections
0
 

Écouter
Publicite
Egypte: le Parlement autorise les militaires à se présenter aux élections

Egypte: le Parlement autorise les militaires à se présenter aux élections

AFP | Lu 4946 fois | Publié

Le Parlement égyptien a adopté lundi une loi autorisant les militaires, jusqu'alors interdits d'exercer une activité politique, à se présenter aux élections présidentielles, législatives et locales, selon la Commission nationale des médias.

Jusqu'à présent, les membres de l'armée étaient officiellement tenus au devoir de réserve et interdits, par une loi en vigueur depuis 1959, d'avoir une quelconque activité politique.

Lundi, les députés ont approuvé un projet de loi qui autorise les "militaires en exercice ou qui ont terminé leur service" à se présenter aux trois types d'élections représentatives "après avoir obtenu l'accord du Conseil suprême des Forces armées (CSFA)", a indiqué l'institution officielle sur son site Internet.

Entité puissante au sommet de l'armée, le CSFA est dirigé par le président Abdel Fattah al-Sissi, lui-même ancien Maréchal, depuis 2014.

Longtemps considéré comme un Conseil des sages, il avait notamment été chargé de superviser la période de transition qui a suivi le soulèvement populaire de janvier-février 2011 et provoqué la chute de l'ancien Président Hosni Moubarak.

Mis à part une brève parenthèse à la suite de ces manifestations inédites, l'Egypte est dirigée depuis 1952 par des militaires.

L'armée, dépeinte comme la protectrice du peuple, est omniprésente dans la société et son rôle s'est accentué ces dernières années dans l'économie égyptienne.

Arrivé au pouvoir en 2013 après avoir destitué Mohamed Morsi, l'unique chef d'Etat égyptien civil et élu démocratiquement, M. Sissi a été élu Président en 2014, puis en 2018.

En avril 2019, une révision constitutionnelle controversée permettant la prolongation de la présidence de M. Sissi et renforçant ses pouvoirs a été approuvée par référendum.

Quelques mois plus tard, en décembre, Sami Anan, ancien chef d'état-major qui avait été arrêté après avoir annoncé sa candidature à la dernière présidentielle face à M. Sissi, a été libéré après plus d'un an et demi en détention.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Présidentielle au Burkina: l'opposition "prend acte" des résultats, n'exclut pas des recours

Une campagne de lutte contre la bilharziose lancée dans la région du Béré

La Radio MEDIA + CI lance une campagne de lutte contre la COVID-19 dans le Gbêkê et le Hambol

Ethiopie: Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré à Mekele

Maradona sera enterré ce jeudi dans un cimetière de la périphérie de Buenos Aires (porte-parole)

Publicite
Publicite