Sénégal: lancement d'un projet de cinéma itinérant
0
 

Écouter
Sénégal: lancement d'un projet de cinéma itinérant

Sénégal: lancement d'un projet de cinéma itinérant

AFP | Lu 1306 fois | Publié

Quelques triporteurs, des toiles d'écran de projection et des enceintes: c'est avec ce matériel rudimentaire que l'association sénégalaise Culture WAW compte, avec le soutien de l'Unesco, projeter des films dans six régions dépourvues de salles de cinéma.

"On a vraiment envie de toucher tout le Sénégal, mais aussi de donner envie aux jeunes de s'engager", a déclaré jeudi le président de l'association, Ousseynou Thiam, à l'origine du projet "Mobiciné", lors d'une conférence de presse au siège de l'Unesco à Dakar.

Si cette initiative existe déjà dans la capitale depuis 2011, le projet vise à l'étendre au reste du pays à partir de novembre 2019: à Saint-Louis (nord), Thiès et Kaolack (centre), Matam (est),  Ziguinchor et Kédougou (sud). 

Au départ, 18 jeunes au total, trois par région, à bord de triporteurs équipés de matériel de projection, sillonneront le pays pour diffuser des films dans des écoles et centres culturels. Ils en formeront à leur tour d'autres, pour que "Mobiciné" se propage de ville en ville.

Le budget des séances organisées est modeste : 13.000 francs CFA (environ 20 euros) par projection. L'UNESCO finance 44% du projet, l'Etat devrait aussi apporter son aide.

"C'est un devoir pour l'Etat d'accompagner des initiatives comme celles-ci", a assuré le directeur national de la Cinématographie, Hugues Diaz.

"Mobiciné" veut également promouvoir le cinéma africain et le rendre accessible à tous: 80% des films choisis sont africains, 65% d'entre eux sont sénégalais.

Certaines séances, notamment dans les écoles sont gratuites, mais une partie des recettes est toujours reversée aux cinéastes. "Les ayant-droits, producteurs et artistes africains doivent pouvoir vivre de leurs oeuvres", a affirmé M. Thiam. 

Des salles de cinéma ont ouvert en 2017 et 2018 à Dakar, après plusieurs décennies de déclin au Sénégal, pourtant un des pays pionniers du septième art en Afrique subsaharienne.

Comme dans beaucoup de pays de la région, les salles y ont été vendues, abandonnées ou transformées, sous l'impact du développement de la télévision, des DVD et d'internet.

"S'il n y a pas la culture des salles de cinéma ici, la population regarde beaucoup de films, mais sur d'autres plateformes", a indiqué la responsable de la culture au bureau de l'Unesco, Guiomar Alonso Cano.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Grand-Bassam accueille un atelier pour l’actualisation de la cartographie des conflits en Côte d’Ivoire

Ouverture d’un symposium sur le droit à l’éducation et l’inclusion dans les politiques et pratiques éducatives

Création d'un nouvel organe en charge de l’identification des personnes dénommé Office national de l’état civil et de l’identification (ONECI)

Une Fondation lance un projet pour l’autonomisation économique de la femme

Plus de 8 000 enfants migrants enregistrés dans l’espace Côte d’Ivoire, Burkina Faso et Mali