Venezuela: Maduro "n'hésitera pas" à punir les "traîtres" pour le soulèvement raté
0
 

Écouter
Venezuela: Maduro

Venezuela: Maduro "n'hésitera pas" à punir les "traîtres" pour le soulèvement raté

AFP | Lu 1417 fois | Publié

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a averti mercredi qu'il n'aurait "aucune hésitation" à l'heure d'incarcérer et de faire juger les "traîtres" responsables, selon lui, du soulèvement militaire manqué auquel a appelé l'opposant Juan Guaido mardi matin.

"Je n'aurai aucune hésitation, lorsque la justice l'ordonnera, à mettre derrière les barreaux les responsables de ce coup d'Etat criminel", a déclaré le chef d'Etat vénézuélien à plusieurs milliers de partisans dans un discours prononcé devant le palais présidentiel de Miraflores à l'occasion de la Fête du travail.

Mardi matin à l'aube, le chef de file de l'opposition Juan Guaido, qu'une cinquantaine de pays reconnaissent comme président par intérim, est apparu dans une vidéo flanqué de plusieurs soldats dont il a affirmé qu'ils étaient entrés en rébellion pour le rejoindre. A ses côtés aussi, l'opposant Leopoldo Lopez, libéré de sa résidence surveillée par des militaires soutenant Juan Guaido.

L'appel au soulèvement militaire de l'opposant a déclenché d'immenses manifestations de soutien, notamment à Caracas, où des heurts ont eu lieu avec les forces de l'ordre. Mais mardi dans la soirée, Nicolas Maduro a affirmé avoir mis en échec cette "escarmouche putschiste".

"Hier (mardi), une poignée de traîtres happés par la droite putschiste a voulu s'imposer (...). Ils ont fui d'ambassade en ambassade, la justice les recherche et bientôt ils iront en prison pour payer leur trahison et leurs délits", a affirmé le chef de l'Etat.

Alors que le soulèvement se dégonflait, Leopoldo Lopez a trouvé refuge à l'ambassade espagnole, tandis que 27 soldats vénézuéliens ont demandé l'asile à la légation brésilienne de Caracas.

Nicolas Maduro a également affirmé que ce "soi-disant coup d'Etat" a été orchestré "depuis la Maison blanche" par John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

"Dans les prochains jours, je montrerai qui a conspiré et j'apporterai des preuves de la façon dont ils ont conspiré pour que le peuple sache qui sont les traîtres et que la justice fasse son travail", a-t-il dit.

"Ni les balles, ni les fusils ne vont permettre à un président fantoche de gouverner depuis Miraflores", a conclu le président vénézuélien, dans une référence implicite à Juan Guaido dont des milliers de partisans ont de nouveau manifesté dans tout le Venezuela mercredi.  

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le ministère de l’Administration du territoire s'engage à appuyer le processus électoral

Des jeunes de Logoualé sensibilisés sur les conséquences du mariage des enfants

2,4 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire dans le Sahel central (PAM)

Le Burkina Faso au centre d’une crise humanitaire dramatique qui secoue le Sahel central (PAM)

Neuf nouveaux magistrats installés dans leurs fonctions à la Cour d’Appel de Bouaké