L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou
0
 

Écouter
L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou

L’administration opposée aux patrouilles de dozos à Booko et à Mahandougou

AIP | Lu 1880 fois | Publié

Le préfet de Koro, Kouakou Yao Dinard, a exprimé aux populations des sous-préfectures Booko et à Mahandougou, son opposition quant au choix qu’elles ont opéré de confier leur sécurité à des chasseurs traditionnels communément appelés dozos qui, jour et nuit, sillonnent, de ce fait, les rues de ces deux cités.

Les habitants de ces deux localités, sous le prétexte d’une recrudescence de l’insécurité que n’arriverait pas à contenir les forces régulières, ont fait appel à ces chasseurs traditionnels. L’autorité administrative appuyée par le député de la circonscription, Diomandé Lassina, est allée à leur rencontre, vendredi, pour les convaincre de renoncer à ce choix.

“Depuis le lancement de la campagne anacarde, les coupeurs de route et les braqueurs ont imposé leur loi. Les forces de l’ordre n’arrivent pas à contenir cette insécurité montante”, a déclaré, lors de la rencontre, le chef du village de Booko, Diomandé Daouda, pour justifier l’appel fait aux dozos.

Des chasseurs traditionnels qui, à en croire l’imam de la grande mosquée de Booko, El Hadj Diomandé Mamadou, grâce à des patrouilles de jour et de nuit, ont fait chuter le nombre de braquages et ont rendu les déplacements aisés.

” Ce n’est pas une raison pour confier votre sécurité aux dozos. Ils ne sont pas formés et les forces républicaines peuvent réussir la sécurisation de la zone si vous collaborez franchement avec eux”, a répondu le préfet Kouakou Yao Dinard.  Le député Diomandé Lassina, dans la même veine, a exhorté les populations à renoncer à cette stratégie et à travailler de concert avec les forces de l’ordre.

“Nous avons compris le message. Mais les gendarmes présents sont en nombre insuffisant. Demandez du renfort pour plus d’efficacité, monsieur le préfet”, a  souhaité le chef du village de Kaala, Diomandé Abou.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Plus de 300 adolescents et jeunes ont été sensibilisés samedi à l’utilisation des services de santé de la reproduction (SR) par le PNSSU-SAJ

Gouvernement en RDC: Tshisekedi demande des "réglages" au Premier ministre

Trump affiche sa complicité avec Johnson sur le Brexit au sommet du G7

Amazonie: le G7 d'accord pour "aider au plus vite les pays frappés" (Macron)

Afrique du Sud: Buthelezi abandonne le leadership du parti zoulou après 44 ans