Aucune exaction perpétrée contre les hommes de médias en Côte d'Ivoire en 2018 (Reporters Sans Frontières)
0
 

Écouter
Aucune exaction perpétrée contre les hommes de médias en Côte d'Ivoire en 2018 (Reporters Sans Frontières)

Aucune exaction perpétrée contre les hommes de médias en Côte d'Ivoire en 2018 (Reporters Sans Frontières)

Frédéric Goré-Bi/RTIinfo | Lu 2193 fois | Publié

Reporters sans frontières (RSF), Organisation Non Gouvernementale qui œuvre pour la liberté d’information et la protection des journalistes dans le monde entier, a publié ce jeudi 18 avril, son classement au titre de l’année 2019. Dans ce nouvel index sur la liberté de la presse, la Côte d’Ivoire gagne 11 places passant ainsi de la 82e à 71e place sur 180 pays.

Classée aux 81e et 82e places en 2017 et 2018, la Côte d’Ivoire vient faire un bond de 11 places, occupant la 71e place au classement 2019 de RSF. L’organisation soutient avoir enregistré "moins d’atteintes à la liberté de la presse en Côte d’Ivoire en 2018". En effet, le pays n’a enregistré aucune mort ou disparition de journaliste.

Cependant, selon RSF "les agressions contre les journalistes de la part des forces de l’ordre, notamment en marge des manifestations, n’ont pas disparu et témoignent de la nécessité de continuer à les sensibiliser aux droits des professionnels de l'information".

Pour Reporters Sans Frontières, "la nouvelle loi sur la presse précise qu'aucun motif ne justifie l'emprisonnement de journaliste. Un progrès qui doit mettre fin à la détention provisoire de journalistes, pratique régulière dans le pays".

Joint au téléphone par RTI Info pour donner son avis à la fois sur le classement de RSF et sur la liberté de la presse, Moussa Traoré, président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), s’est dit ne pas être surpris par cette progression. "Ce bond qualitatif de la Côte d’Ivoire est la conséquence de la loi sur la presse et de tous les efforts déployés pour sensibiliser les autorités, la population et les journalistes sur la nécessité à préserver et à promouvoir la liberté de la presse" avance-t-il.

Il affirme néanmoins ne pas être totalement satisfait de ce classement, car "la Côte d’Ivoire mérite d’être dans le top 50 du classement sur la liberté de la presse".

En 2019 comme en 2018, RSF a classé la Norvège au premier rang de son classement, suivie de la Suède et de la Finlande, respectivement 2e et 3e. Cette régularité aux premières démontre que les pays scandinaves octroient plus de liberté aux journalistes dans l’exercice de leur fonction.

Les dernières places du classement sont occupées par le Turkménistan, classé 180e sur 180 pays et la Corée du Nord qui passe du dernier rang en 2018 à 179e place en 2019.

Créée en 1985, l’ONG Reporters sans frontières publie des rapports et communiqués sur la situation de la liberté de l’information dans 180 pays et les atteintes à celle-ci. Un classement qui au fil des ans est devenu un outil de mesure de la liberté d’opinion et d’information dans tous les pays du monde.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Trump dit qu'il souhaite "éviter" un conflit avec l'Iran

La procureure de la CPI a fait appel contre l'acquittement de crimes contre l'humanité prononcé en janvier à l'encontre de Laurent Gbagbo et Blé Goudé

Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec Trump en marge de l'AG de l'ONU

Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec Trump en marge de l'AG de l'ONU

Tunisie: Kais Saied en tête, selon des résultats portant sur 27% des votes (officiel)