Les femmes journalistes s'engagent dans la lutte contre la circulation des armes légères illicites
0
 

Les femmes journalistes s'engagent dans la lutte contre la circulation des armes légères illicites

Frédéric Goré-Bi/RTIinfo | Lu 3519 fois | Publié

Des femmes des médias, regroupées au sein du Réseau des femmes journalistes et professionnelles de la communication de Côte d’Ivoire (RéFJPCI), ont décidé de se mobiliser et de s’engager dans la lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre. Une décision rendue publique au cours de la 2ème édition des Petits déjeuners du genre (PDG), qui s’est tenue au siège du ComNat-ALPC, le mardi 25 juin 2019.

"Nous voulons commencer à comprendre, afin d’aider nos lecteurs, nos éditeurs, nos téléspectateurs, les internautes, à avoir des informations sur les armes illicites", a déclaré Agnès Kraidy, présidente du RéFJPCI.

Pour Mme Kraidy, il est impérieux d’avoir de vraies et réelles informations sur les armes légères. D’où le choix du ComNat-ALPC. Mais auparavant, la présidente du Réseau des femmes journalistes et professionnelles de la communication de Côte d’Ivoire s’était interrogée sur le sujet du jour. "Armes légères et de petit calibre, qu’est-ce que c’est ? Prolifération, jusqu’à quel niveau dans notre pays ? Lutte contre, avec quels moyens et quelles stratégies ? Quels sont les cadres légaux, juridiques, quelles sont les conventions qui nous engagent, que nous respectons ?"

Des interrogations qui dénotent de l’intérêt particulier que les journalistes et les professionnelles des médias accordent à la question de la circulation des armes sur l’ensemble du territoire national et qui s’est traduit dans les échanges.

Echanges au cours desquels, les membres du RéFJPCI ont, à travers leurs questions et contributions, cherché à enrichir leurs connaissances pour une meilleure information des populations et un engagement réel et sincère dans l’intensification de la sensibilisation, afin de contribuer à un contrôle plus efficace des armes légères et de petit calibre en Côte d’Ivoire.

Pour le président de la Commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat-ALPC), le préfet Hors grade, Kouadio Yao, "la ComNat-Alpc, a mené un certain nombre d’actions qui ont concouru à l’amélioration de l’environnement sécuritaire en Côte d’Ivoire après la crise post-électorale". Cependant, reconnait-il, beaucoup reste à faire au regard de l’actualité sécuritaire nationale marquée par les manifestations fréquentes de la violence armée (conflits intercommunautaires, braquages à main armée, mutineries, etc.), révélatrices de la persistance de la détention illégale et de la circulation illicite des armes.

Des conflits qui selon le Préfet Hors Grade démontrent plus que jamais, "la nécessité à poursuivre et à s’intensifier les activités de contrôle des armes".

Il n’a pas manqué de saluer les femmes journalistes et professionnelles de la communication et des médias, au vu des défis à relever pour améliorer et consolider l’environnement sécuritaire en perspective des élections apaisées en 2020.

Créée en 2009 par décret, les missions de la Commission nationale de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre, ont consisté à l’élaboration, l’édition et la diffusion d’un guide (des directives) sur les normes et standards internationaux en matière de gestion des stocks d’armes et munitions ; la formation des membres des Forces en gestion sûre et sécurisée des armes et munitions et des bases de données, la réhabilitation ou construction aux normes internationales de sites de stockages d’armes (armureries et magasins) et de soutes à munitions ; le marquage et l’enregistrement des armes des Forces ; l’informatisation de la gestion des stocks d’armes au sein de la Police Nationale, de la Gendarmerie Nationale et des FACI, l’interconnexion des services des différentes Forces ; la destruction des armes et munitions obsolètes et collectées.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des femmes de Kanawolo désapprouvent le site choisi pour la construction d’un marché

Lutte contre l’apatridie: Un réseau d’Ong offre du matériel à l’’enseignement préscolaire et primaire (IEP) de Doropo

Un élève décède au cours d’une partie de football à M’Bahiakro

Le Rotary international fait un don aux populations sinistrées de Grand-Bassam

Plus de 50 millions de FCFA mobilisés pour la prise en charge d’enfants malades du cœur