Zimbabwe : L’immunité diplomatique de Grace Mugabe contestée
0
 

Écouter
Zimbabwe : L’immunité diplomatique de Grace Mugabe contestée

Zimbabwe : L’immunité diplomatique de Grace Mugabe contestée

AFP | Lu 2244 fois | Publié

L'immunité diplomatique de Grace Mugabe contestée par un groupe de pression Afrikaner. Le groupe de pression Afrikaner, AfriForum, se présente devant les tribunaux pour s'opposer à la décision du précédent gouvernement sud-africain d'accorder à Grace Mugabe l'immunité diplomatique.

L'ancienne première dame du Zimbabwe est accusée d'avoir agressé le mannequin Gabriella Engels avec un cordon électrique dans un hôtel cinq étoiles de Johannesburg, où ses deux fils séjournaient en août dernier.

Mme Mugabe devait comparaître devant le tribunal au sujet de l'incident, mais, dans un revirement encore controversé et contesté par le groupe de pression, le gouvernement sud-africain a accordé à Grace Mugabe une immunité diplomatique qui lui a permis de quitter le pays au milieu de la nuit.

Le groupe de pression AfriForum, qui représente la présumée victime d'agression de Mme Mugabe, veut que la Haute Cour de justice annule l'immunité diplomatique accordée à l'ex-première dame zimbabwéenne.

Mme Mugabe a nié avoir attaqué le mannequin et a déclaré qu'elle se défendait contre une jeune femme brandissant un couteau et en état d'ébriété.

La demande d'AfriForum sera analysée pendant deux jours, et au cas où elle était validée, ouvrirait la voie à des poursuites contre Mme Mugabe.

L'Autorité nationale des poursuites judiciaires d'Afrique du Sud (South Africa's National Prosecuting Authority) prendra donc le relais.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Un partenariat pour booster la politique de scolarisation de 100% des enfants

sept professeurs affectés au lycée moderne de Bangolo réduisant ainsi le déficit dont souffre cet établissement secondaire.

Plus de deux milliards de FCFA reversés à des retraités militaires et gendarmes

Le préfet du département de Korhogo et de la région du Poro, Daouda Ouattara, a annoncé son départ de la ville de Korhogo pour d’autres fonctions

Difficile cohabitation entre deux villages voisins à Bocanda