RDC: 2 Casques bleus portés disparus retrouvés "sains et saufs"
0
 

Écouter
RDC: 2 Casques bleus portés disparus retrouvés

RDC: 2 Casques bleus portés disparus retrouvés "sains et saufs"

AFP | Lu 2079 fois | Publié

La mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a annoncé mercredi avoir retrouvé "sains et saufs" deux Casques bleus portés disparus vendredi, après l'attaque de leur convoi

"Les deux casques bleus portés disparus depuis vendredi dernier dans la province du Tanganyika sont sains et saufs", a écrit à l'AFP Florence Marchal, porte-parole de la Monusco, sans donner d'autres précisions.

"Ils se trouvent actuellement dans une base de la Monusco à Nyunzu et seront transférés demain (jeudi) à Kalemie", a-t-elle ajouté.

Vendredi, un convoi de treize Casques bleus avait été attaqué par des maï-maï dans le Tanganyika (sud-est de la RDC). Deux soldats du contingent béninois avaient manqué à l'appel après cette attaque.

Les maï-maï sont des milices d'autodéfense composés sur une base ethnique. 

La force de la  Monusco est le plus important contingent onusien au monde avec un "effectif maximum autorisé de 16.215 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 391 policiers et 1.050 membres d’unités de police constituées", selon la dernière résolution du Conseil de sécurité. 

Elle est présente en RDC depuis 1999, mais Kinshasa souhaite son retrait définitif en 2020. 

En décembre, quinze Casques bleus tanzaniens ont été tués dans l'attaque de leur position par des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) dans la région de Beni, dans le nord-est de la RDC.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des étudiants de l’Université Alassane Ouattara ont pris part à une formation sur les instruments de lutte contre la torture

Des élèves du secondaire public et privé de plusieurs localités vident les salles de classes pour réclamer des congés anticipés

Togo: un nouveau mort par balle dans les affrontements avec les forces de l'ordre (Amnesty International

Le VIH/SIDA est une réalité dans le Gbêke avec plus 18.000 personnes infectées

Abengourou : Sit-in des fonctionnaires et agents de l’administration territoriale à la sous-préfecture