Nigeria : Boko Haram prend une base militaire dans le nord-est
0
 

Écouter
Nigeria : Boko Haram prend une base militaire dans le nord-est

Nigeria : Boko Haram prend une base militaire dans le nord-est

AFP | Lu 3038 fois | Publié

Des jihadistes de Boko Haram ont pris ce weekend une base militaire dans le nord-est du Nigeria au terme de combats, la deuxième attaque contre les forces nigérianes en deux jours, ont indiqué dimanche des sources militaires.

Samedi soir, les insurgés ont envahi une base militaire forte de plus de 700 soldats dans l'Etat de Yobe, région frontalière du Niger, où une centaine de jeunes filles ont été enlevées cette année.

"Les terroristes de Boko Haram ont attaqué les troupes de la 81e division avancée dans le village de Jilli du district de Geidam. Les terroristes, nombreux, ont lancé l'assaut vers 19H30 (18H30 GMT) et ont pris le contrôle de la base après de durs combats qui se sont prolongés jusqu'à 21H10", a déclaré à l'AFP une source militaire requérant l'anonymat.

Le commandant de la base et 63 soldats ont pris la fuite pour trouver refuge à Geidam, un chef-lieu situé à une soixantaine de kilomètres, où sont attendus les 670 autres militaires en poste dans la garnison attaquée, a indiqué cette source.

"Nous ne savons pas s'il y a des victimes parmi les soldats, nous le saurons plus tard", a souligné ce responsable, précisant que la base attaquée était nouvelle et que les soldats y avaient été récemment déployés de Lagos (sud), la métropole de ce pays de 190 millions d'habitants. 

Un chef d'une milice locale a attribué l'attaque à la faction Abou Musab Al-Barnawi de Boko Haram, qui cible notamment les forces nigérianes. "Nous avons appris que les 

assaillants ont conduit depuis le Lac Tchad, traversé Gubio (dans l'Etat voisin de Borno) avant d'attaquer la base", a-t-il soutenu.

Il s'agit de la deuxième attaque d'envergure en deux jours des jihadistes de Boko Haram, affiliés à l'organisation Etat Islamique, contre les forces nigérianes.

Vingt-trois soldats nigérians sont toujours portés disparus après être tombés vendredi dans une embuscade de Boko Haram dans le nord-est. 

La recrudescence de la violence dans l'ensemble du Nigeria a mis la pression sur le président Muhammadu Buhari, qui avait promis d'améliorer la sécurité dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

L'insurrection de Boko Haram visant à établir un califat islamique dans le nord du Nigeria a fait au moins 20.000 morts et plus de 2,6 millions de déplacés.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Nigeria: Human Rights Watch (HRW) met en garde contre la répression des chiites

Rwanda: le parquet va faire appel de l'acquittement de Diane Rwigara

Plus de 300 athlètes prennent part au cross de lancement de l’OISSU à Séguéla

Attaque à Strasbourg: 3 morts, 8 blessés graves et 5 blessés légers (préfecture)

Mali: Aqmi dément la mort du chef jihadiste Amadou Koufa