Arrivée du président Hollande à Kinshasa pour le sommet de la francophonie
0
 

Écouter
Arrivée du président Hollande à Kinshasa pour le sommet de la francophonie

Arrivée du président Hollande à Kinshasa pour le sommet de la francophonie

AFP | Lu 1442 fois | Publié

Le président français François Hollande est arrivé samedi matin à Kinshasa pour participer au 14e sommet de la Francophonie aux côtés d\'une quinzaine de chefs d\'Etat et de gouvernement, a constaté l\'AFP.

Accompagné de sa compagne Valérie Trierweiler, le président français est descendu à 06h15 (05h15 GMT) de l'avion présidentiel. Il a été accueilli à l'aéroport par le Premier ministre congolais Augustin Matata Ponyo. M. Hollande devait repartir samedi soir pour la France. Seule une quinzaine de chefs d'Etat et de gouvernement "ayant le français en partage" devaient ouvrir samedi à 8H45 GMT (9H45 locales) le 14e sommet de la Francophonie à Kinshasa, alors qu'ils étaient une quarantaine au 13e sommet en 2010 en Suisse. Avant même l'ouverture du sommet, M. Hollande devait rencontrer le président congolais Joseph Kabila, au pouvoir depuis l'asassinat de son père Laurent Désiré en 2001. En fin d'après-midi, après une brève conférence de presse, M. Hollande devait aussi rencontrer le chef historique de l'opposition, Etienne Tshisekedi, qui, depuis le scrutin contesté de 2011, se présente comme le véritable "président élu". Les partisans de M. Tshisekedi maintenaient samedi leur intention d'accompagner leur leader de 79 ans à cet entretien après avoir été empêchés, vendredi, de manifester dans la capitale de la République démocratique du Congo, quadrillée par les policiers. Samedi matin, des cortèges de policiers et de militaires étaient visibles un peu partout dans la ville, particulièrement calme. Selon une source policière, la présence de la police a été renforcée samedi autour du domicile de M. Tshisekedi, dans le quartier de Limete. Le siège de son parti, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était samedi matin gardé par six policiers, selon la même source. Les dirigeants africains forment l'essentiel des participants à ce sommet qui doit célébrer, durant deux jours, l'apport essentiel de l'Afrique à la Francophonie. Selon les projections de l'organisation, les Africains pourraient représenter, en 2050, 85% des 715 millions de francophones dans le monde. La cérémonie d'ouverture devait s'ouvrir par un discours du président hôte, Joseph Kabila. Sept autres discours étaient ensuite prévu, dont celui de M. Hollande et du secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf. Puis la traditionnelle photo de famille devait être prise, avec Joseph Kabila au centre. Après un déjeuner en commun, les dirigeants devaient se pencher, à huis clos dans l'après-midi, sur deux crises africaines: le conflit dans l'Est de la RDC et l'occupation du Nord-Mali par des groupes islamistes armés. Enfin, un dîner de gala devait clôre la journée. A Kinshasa, la nouvelle politique africaine du président français François Hollande sera soupesée par tous, lui qui a recommandé vendredi à Dakar de "tout se dire", "sans ingérence mais avec exigence". Avant d'arriver à Kinshasa, le président français avait affirmé mardi qu'en RDC la situation était "tout à fait inacceptable sur le plan des droits, de la démocratie, et de la reconnaissance de l'opposition" et qu'il comptait en parler au chef de l'Etat congolais.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Burkina: l’opposition appelle à "sécuriser les lieux de culte" après une attaque meurtrière contre une église

Coronavirus : la Russie interdit aux Chinois l'entrée sur son territoire

La mairie de Daloa prend un arrêté pour interdire les lotissements anarchiques

La Côte d’Ivoire est un point d’appui pour un certain nombre de valeurs dans la sous-région (Pdt Sénat français)

L’UNJCI condamne l’agression d’une équipe de reportage de la RTI à un meeting l’opposition