Guinée-Bissau: le régime de Bissau accuse le Portugal et Carlos Gomes de contre-coup d\'Etat
0
 

Écouter
Guinée-Bissau: le régime de Bissau accuse le Portugal et Carlos Gomes de contre-coup d\'Etat

Guinée-Bissau: le régime de Bissau accuse le Portugal et Carlos Gomes de contre-coup d\'Etat

AFP | Lu 1021 fois | Publié

Le gouvernement de Guinée-Bissau a accusé dimanche soir le Portugal, la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et l\'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior d\'être derrière l\'attaque d\'une caserne de l\'armée à Bissau dans le but de \"renverser le gouvernement\".

"Le gouvernement considère le Portugal, la CPLP et Carlos Gomes Junior comme les promoteurs de cette tentative de déstabilisation (l'attaque de la caserne) dont le but et la stratégie" était "de renverser le gouvernement de transition", selon un communiqué lu par le ministre de la Communication, Fernando Vaz. Le texte ajoute que l'objectif était aussi "de mettre en cause tout le processus politique en cours avec, un seul but, faire revenir Carlos Gomes Junior au pouvoir, et également de justifier la présence d'une force internationale" de stabilisation en Guinée-Bissau. Petit pays pauvre miné par le trafic de drogue et dont l'histoire est jalonnée par la violence politico-militaire depuis son indépendance du Portugal en 1974 après une guerre de libération, la Guinée-Bissau a été secouée par un énième coup d'Etat militaire le 12 avril. Le gouvernement de Carlos Gomes Junior a été renversé par ce putsch intervenu entre les deux tours de la présidentielle, alors que M. Gomes Junior était arrivé en tête du premier tour. Les putschistes, dirigés par le chef de l'état-major, le général Antonio Indjai, ont rendu le pouvoir à des hommes politiques avec lesquels ils ont signé un accord pour la mise en place d'autorités de transition, dirigées par le président Manuel Serifo Nhamadjo. Au moins sept personnes, dont six assaillants, selon un bilan établi par l'AFP, ont été tuées dimanche à l'aube lors de l'attaque d'une caserne d'une unité d'élite de l'armée de terre à Bissau. Le gouvernement parle dans son communiqué de six morts, d'un blessé grave et de quatre arrestations. Les assaillants étaient dirigés par le capitaine Pansau N'Tchama, lui-même membre des "Bérets rouges", unité d'élite de l'armée de terre. Considéré comme proche de Carlos Gomes Junior, il était à la tête du commando qui avait assassiné en 2009 le président de la République Joao Bernardo Vieira.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Bingerville: installation de 30 panneaux de signalisation en vue d'améliorer la fluidité de la circulation et garantir la sécurité routière

Le service des examens et concours de Bondoukou cambriolé

L'ancien vice-président démocrate Joe Biden annonce sa candidature à la Maison Blanche

Plus de trois milliards du Fonds Africain de Développement (FAD) pour renforcer la gouvernance de la filière cacao

Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre