Afrique du Sud: le congrès de l'ANC reprend ses travaux pour élire sa direction
0
 

Écouter
Afrique du Sud: le congrès de l'ANC reprend ses travaux pour élire sa direction

Afrique du Sud: le congrès de l'ANC reprend ses travaux pour élire sa direction

AFP | Lu 1085 fois | Publié

Le congrès de l\'ANC a repris ses travaux lundi à Bloemfontein (centre), des responsables du parti au pouvoir en Afrique du Sud indiquant que les délégués devraient en renouveler la direction dans la journée.

Le congrès, ouvert avec près de quatre heures de retard dimanche, n'a pas bouclé son programme de la première journée, les quelque 4.500 délégués présents jusqu'à jeudi à l'université de l'Etat libre de Bloemfontein s'étant séparés au milieu de la nuit sans avoir approuvé la liste des votants ni la liste des candidats pour le "top 6" de la direction. "Nous avons pris du retard hier (dimanche), mais nous allons voter pour le +top 6+ plus tard dans la journée" de lundi, a indiqué à l'AFP Jackson Mthembu, porte-parole de l'ANC. L'annulation par la Cour constitutionnelle, vendredi, des résultats de la conférence provinciale de l'Etat libre --la province dont Bloemfontein est la capitale-- complique la donne. La direction du parti estime que seule la direction régionale est concernée, quand les opposants internes, qui avaient saisi la justice, soutiennent que les 250 représentants de la province au congrès, désignés par les cellules, ne devraient pas être présents. Le président Jacob Zuma, qui dirige à la fois le parti et le pays, devrait de toute façon se succéder à lui-même sans problème à la tête de l'ANC. Selon des décomptes des délégués par provinces et par ligues effectué avant le congrès, il dispose des trois quarts des délégués. Son adversaire au congrès est son actuel vice-président, Kgalema Motlanthe, poussé par une coalition hétéroclite d'opposants. Dans la préparation du congrès, les querelles de personnes ont éclipsé tout débat de fond, alors que la société civile est de plus en plus critique sur la gestion du parti qui a largement contribué à libérer le pays de l'apartheid au début des années 1990. Corruption, clientélisme et tentations totalitaires des dirigeants font quotidiennement la une des journaux, alors que plus d'un quart de la population a faim et que l'éducation est en faillite. Dans son discours inaugural dimanche, Jacob Zuma a défendu son bilan et promis de s'améliorer son action dans des domaines tels que l'éducation, la lutte contre la corruption et le combat contre le braconnage des rhinocéros.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La jeunesse de Dabakala appelée à soutenir les efforts de développement du président Ouattara

Deux enfants décédés à Grand-Morié suite à une intoxication alimentaire

La construction d’un foyer d’accueil, une nécessité pour pallier les grossesses en milieu scolaire à Niakara (Responsable Ong)

Les deux communautés en conflit à Béoumi s’engagent dans une paix perpétuelle

Bouna : Des jeunes font tomber des bâches sur des invités à l’intronisation d’un chef pour manifester leur opposition à cette cérémonie