Niger: reprise des cours dans les universités après un mois de grève des enseignants
0
 

Écouter
Niger: reprise des cours dans les universités après un mois de grève des enseignants

Niger: reprise des cours dans les universités après un mois de grève des enseignants

AFP | Lu 1006 fois | Publié

Les cours ont repris lundi dans les universités du Niger, les enseignants ayant suspendu leur grève qui durait depuis un mois, selon deux syndicats.

"Nos militants sont disciplinés", a indiqué à l'AFP Nabala Adaré, secrétaire général du Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur (Snecs), en soulignant qu'ils respecteraient la suspension de la grève.

Le leader syndical a ajouté qu'il ferait un "point" de la situation dans la journée.

"Les cours ont repris dans des facultés mais beaucoup d'étudiants attendent les programmes de leurs activités", a confirmé Idder Algabid, le dirigeant de l'Union des scolaires nigériens (USN), un syndicat d'élèves et d'étudiants. 

Vendredi, le Snecs, avait annoncé "la suspension" de sa grève "en attendant l'issue" d'une médiation de la Commission nationale des droits Humains (CNDH, publique). De son côté, le gouvernement a accepté de "différer l'application" de ses textes sur "la gouvernance des universités", dont la nomination des recteurs par décret, fortement contestée par le Snecs, selon un communiqué conjoint Snecs-gouvernement-CNDH. 

Les 505 enseignants-chercheurs des universités nigériennes observaient un arrêt de travail depuis le 3 septembre, date officielle de la rentrée universitaire. 

Ils exigeaint "l'apurement" de plusieurs mois d'arriérés de salaires et de primes de recherches pour certains de leurs militants. Les grévistes demandent aussi la prise en charge des assurances-maladie, le versement des frais d'encadrement, de perfectionnement et de soutenance. 

Mi-septembre, le ministre nigérien de l'Enseignement supérieur, Yahouza Sadissou, avait assuré que les arriérés de salaires avaient été apurés et les "quelques cas d'arriérés" de primes de recherches et "les avantages statutaires qui ne sont pas payés" le seraient bientôt. 

En revanche, il a soutenu qu'il ne "reviendrait pas" sur "le processus d'élection" du recteur et du vice-recteur de l'université de Maradi (centre-sud), qui est pourtant une des "principales revendications" du Snecs. Des "retenues" pour les jours de grève seront opérées sur les salaires des enseignants, avait-t-il prévenu. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également