Sénégal : les jeunes de l'opposition font monter la pression à un mois de la présidentielle
0
 

Écouter
Sénégal : les jeunes de l'opposition font monter la pression à un mois de la présidentielle

Sénégal : les jeunes de l'opposition font monter la pression à un mois de la présidentielle

AFP | Lu 777 fois | Publié Il y a 27 jour(s)

Les sections "jeunesse" de deux coalitions de l'opposition sénégalaise ont lancé un appel à manifester vendredi à Dakar, alors que la tension monte à un mois de l'élection présidentielle dont ont été écartés les deux principaux opposants au président sortant Macky Sall, candidat à sa réélection.

"Nous sommes déterminés à mener ce combat malgré les intimidations et nous ferons face aux forces de l'ordre", a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse le secrétaire général de l'Union des Jeunesses travaillistes libérales (UJTL) et député du Parti démocratique sénégalais (PDS), Toussaint Manga. 

"La peur n'est pas dans notre camp. Nous avons vu des milices et les bras armés recrutés par la majorité présidentielle et nous ferons face", a ajouté le responsable de la jeunesse du PDS, dont le candidat désigné, l'ancien ministre Karim Wade, ne figure pas parmi les cinq noms validés dimanche par le Conseil constitutionnel pour la présidentielle du 24 février.

Soutenue par les section "jeunesse" du Front de résistance nationale (FRN), une coalition de l'opposition, et du C25, qui réunit la plupart des personnalités de l'opposition qui avaient introduit un dossier de candidature, la manifestation de vendredi doit démarrer à 15H00 (GMT et locales).

Depuis que Karim Wade, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade (2000-2012), et un autre des principaux opposants, l'ancien maire de Dakar Khalifa Sall, ont vu leurs candidatures écartées, les jeunes militants se sont montrés plus virulents que leurs aînés.

Des jeunes décrits comme des proches de Khalifa Sall et de Karim Wade ont été arrêtés ces derniers jours après avoir incendié des pneus sur la voie publique ou mis le feu à des autobus.

S'ils tardent concrétiser leur plan d'action, les responsables du C25 ont néanmoins déclaré que "la confrontation est notre ultime recours" et lancé un "appel à la mobilisation de tous les segments de la population (...) pour empêcher le déroulement du plan de réélection frauduleuse de Macky Sall au premier tour". Le FRN a appelé le peuple sénégalais à la "résistance nationale".

Mais la date de la "journée d'action nationale" n'a pas été annoncée par les chefs de file de l'opposition et ni Karim Wade, qui n'a pas réagi à son élimination, ni Khalifa Sall, qui a introduit un recours en référé devant la Cour de justice de la Cédéao, n'ont indiqué s'ils soutiendraient dorénavant un autre candidat.

Alors que le pouvoir affiche sa fermeté et dénonce les "appels à l'émeute", des responsables musulmans et catholiques multiplient les appels à la retenue et au dialogue.

A Bruxelles, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, a annoncé que l'UE européenne avait commencé à déployer une mission d'observation de la présidentielle au Sénégal.

Une équipe de neuf analystes électoraux est arrivée à Dakar à la mi-janvier. Ils seront suivis de 28 observateurs "à long terme" qui seront déployés jusqu'à l'élection. Le jour du vote, plus de 100 observateus de l'UE seront sur le terrain, a précisé mercredi soir à l'AFP à Dakar un responsable de la mission d'observation européenne.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Venezuela : interdiction à tout bateau de quitter les ports du pays (militaires)

Venezuela: Guaido peaufine son plan pour faire entrer l'aide humanitaire

France : cinq procédures judiciaires autour de l'ex-collaborateur de Macron

Egypte: huit jihadistes présumés tués dans le Sinaï (armée)

La campagne 2019 de commercialisation de la noix de cajou lancée