Nigeria: un policier fonce sur une procession de Pâques (10 tués, 30 blessés)
0
 

Écouter
Nigeria: un policier fonce sur une procession de Pâques (10 tués, 30 blessés)

Nigeria: un policier fonce sur une procession de Pâques (10 tués, 30 blessés)

AFP | Lu 1269 fois | Publié

Dix personnes ont été tuées, et trente blessées, lorsqu'un policier a foncé en voiture sur des enfants pendant une procession de Pâques, dans le nord-est du Nigeria, avant d'être à son tour tué par des fidèles en colère, selon des témoins et la police.

Le policier, qui n'était pas de permanence, a fauché une foule d'enfants qui défilaient pour la fête de Pâques dimanche soir, à Gombe, a rapporté lundi la porte-parole de la police locale, Mary Mallum. 

En tout, "dix personnes ont été tuées, dont l'agent de police qui n'était pas en uniforme, et un paramilitaire qui l'accompagnait". 

Les deux hommes ont été "attaqués et tués par la foule en colère", a-t-elle expliqué. 

"30 enfants sont blessés et sont actuellement à l'hôpital", a ajouté Mme Mallum.

Selon des témoins contactés par l'AFP, la voiture a foncé délibérément sur la foule, à la suite d'une altercation, car la procession bloquait la route. 

"La chauffeur s'est disputé avec les enfants, qui l'ont finalement laissé passer, mais de rage et de colère, il a fait demi-tour et leur a foncé dessus", a rapporté Isaac Kwadang, responsable d'un groupe de catéchisme. 

"Il l'a fait en connaissance de cause", a affirmé M. Kwadang qui a assisté à la scène.  

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les acteurs des examens à grand tirage de Sinfra formés sur les dispositions pratiques de la session 2019

La chefferie traditionnelle d’Odienné appelle Guillaume Soro à faire la paix avec le Président Ouattara

Les effectifs en hausse dans les Centres de protection de la petite enfance (Ministère)

Plus de 300 mamans honorées par le conseil régional de l’Indénié-Djuablin

La jeunesse de Dabakala appelée à soutenir les efforts de développement du président Ouattara