Burkina: 4 personnes tuées dans une attaque, dont le député-maire de Djibo, une des grandes villes du Nord
0
 

Écouter
Burkina: 4 personnes tuées dans une attaque, dont le député-maire de Djibo, une des grandes villes du Nord

Burkina: 4 personnes tuées dans une attaque, dont le député-maire de Djibo, une des grandes villes du Nord

AFP | Lu 2132 fois | Publié

Quatre personnes, dont le député-maire de Djibo, grande ville du nord du Burkina Faso et chef-lieu de la province du Soum, visée par des attaques jihadistes récurrentes, ont été tuées dimanche lors d’une embuscade, a-t-on appris de sources concordantes.

"Le député-maire de Djibo (Oumarou Dicko) et trois de ses compagnons, ont été tués lors d’une attaque par des individus armés non identifiés aux environs de 12H00 (GMT et locales) sur l’axe Djibo-Namssiguia", a indiqué à l’AFP une source administrative.

"Le véhicule du député-maire est tombé dans une embuscade dans la localité de Gaskindé", selon une source sécuritaire, qui précise que les autres morts sont "le chauffeur du député, son cousin et un agent de la mairie".

La route Djibo-Namssiguia est la route du Sud menant à Ouagadougou, la capitale. Namssiguia se trouve à environ 200 km de la capitale. 

Le 27 octobre, quinze civils avaient été tués à Pobé-Mengao, dans la province du Soum, par des hommes armés, provoquant une fuite des habitants vers Djibo, située à 25 km. 

Un couvre-feu de 20h00 à 05h00 a été instauré à Djibo depuis plus d'un an. Le gouverneur y a réduit la circulation de "véhicules de type tricycle et deux roues à grosses cylindrées".

Djibo, connu notamment pour son marché aux bovins, est un point névralgique du Nord. Début octobre, l'armée française dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane, avait déployé des hélicoptères et des commandos parachutistes "pour contribuer à la sécurisation de la piste de Djibo et permettre les relèves des forces burkinabè", selon l'état-major français.

Une semaine auparavant, du 13 au 16 septembre, quelque 70 soldats français de Barkhane avaient déjà aidé les militaires burkinabè à renforcer leur camp de Djibo.

Selon un policier s'exprimant sous couvert de l'anonymat, la ville vit dans une tension permanente. "A 14H00, tous, policiers, gendarmes, militaires, fonctionnaires gagnent le camp militaire", où ils dorment pour éviter d'être tués ou enlevés.

Le Burkina Faso est pris depuis près de cinq ans dans une spirale de violences attribuées à des mouvements jihadistes, certains affiliés à Al-Qaïda et d’autres au groupe Etat islamique.

Depuis début 2015, les attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l’Est, ont fait près de 635 morts selon un comptage de l'AFP et occasionné près de 500.000 déplacés internes et réfugiés, selon l'ONU.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les élèves font arrêter les cours à Gagnoa malgré la présence des forces sécuritaires

Ouattara salue les 55 années "de qualité et de professionnalisme" de Fraternité Matin

Des experts africains en conclave à Abidjan autour de la qualité de la formation professionnelle

Près de 600 ménages enregistrés pour la deuxième vague du projet “filet socio-productif “à Nassian

Des bénéficiaires du projet "Agir pour les jeunes" à Boundiali en formation