Sénégal: Karim Wade, fils de l'ex-président, interpellé par les gendarmes
0
 

Écouter
Sénégal: Karim Wade, fils de l'ex-président, interpellé par les gendarmes

Sénégal: Karim Wade, fils de l'ex-président, interpellé par les gendarmes

AFP | Lu 930 fois | Publié

Le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, Karim Wade, "super-ministre" au style flamboyant pendant le règne de son père, a été interpellé lundi par les gendarmes à Dakar qui enquêtent sur l'origine de sa fortune présumée, évaluée à plus d'un milliard d'euros.

Les gendarmes sont venus chercher Karim Wade, 44 ans, au domicile familial de Dakar pour l'emmener à la section recherches de la gendarmerie, selon un de ses avocats, Ciré Clédor Ly qui a parlé devant la presse d'une "épreuve de force que le régime nous impose, mais nous avons le droit avec nous". Son interpellation est intervenue quelques heures après la remise par ses avocats d'un dossier d'au moins 2.000 pages contenant les justificatifs sur l'origine de ses avoirs auprès de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), une cour spéciale en sommeil réactivée par le régime du président Macky Sall. Karim Wade avait été mis en demeure le 15 mars, après une audition par la CREI, de justifier dans un délai d'un mois des avoirs évalués par cette Cour spéciale à 694 milliards FCFA (1,058 milliards d'euros). Cette somme proviendrait de sociétés dont l'ancien ministre serait le "propriétaire" ainsi que de "propriétés immobilières" et de comptes bancaires, selon les avocats de M. Wade. Le Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade dénonce "une chasse aux sorcières" depuis le début de l'enquête en juillet 2012 sur de présumés bien mal acquis, non seulement par Karim, mais aussi par d'autres barons du régime d'Abdoulaye Wade, battu en mars 2012 par Macky Sall après douze ans au pouvoir. Karim Wade avait déjà été entendu plusieurs fois par la justice ou la gendarmerie l'an dernier, avec d'autres responsables de l'ancien -régime. Adulé par son père Il fait aussi l'objet d'une enquête en France à la suite d'une plainte de l'Etat du Sénégal pour recel de détournement de fonds publics, recel d'abus de biens sociaux et corruption. Après sa dernière audition par la gendarmerie sénégalaise, en novembre 2012, il avait été interdit de sortie du territoire sénégalais avec six autres dignitaires de l'ancien régime. Karim Wade, ex-ministre de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, doté de gros budgets, était surnommé "Super ministre" ou "Ministre du ciel et de la terre". Ancien conseiller de son père, Karim a également occupé plusieurs autres fonctions, dont celle de responsable de l'Agence nationale de l'Organisation de la conférence islamique, chargée de grands travaux avant le sommet de l'OCI organisé en mars 2008 à Dakar. Grand, l'air hautain et arrogant, Karim Wade a mené grand train pendant ces années, voyageant le plus souvent dans des jets privés et fréquentant les établissements les plus prestigieux de Dakar. Il comptait parmi ses amis le roi Mohamed VI du Maroc. Ancien expert financier à la City de Londres, cet homme brillant adulé par son père qui voyait en lui son successeur naturel, était cependant peu populaire au Sénégal où il lui était reproché de mal parler la principale langue nationale, le wolof, d'avoir vécu trop longtemps à l'étranger et d'être distant. Signe de son impopularité, il avait été battu aux municipales à Dakar en 2009, ne parvenant même pas à obtenir la majorité dans son propre bureau de vote. Père de trois filles, Karim Wade a perdu son épouse Karine, franco-allemande d'une trentaine d'années, décédée en 2009 à Paris des suite d'un cancer.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cinéma: le Fespaco s'ouvre sous tension pour son cinquantenaire

Cinéma: le Fespaco s'ouvre sous tension pour son cinquantenaire

Présidentielle en Algérie: la police oblige un candidat à quitter Alger (entourage)

Les enfants de Songan disposent d’une école rénovée (Communiqué)

Egypte: un parti d'opposition dénonce "une campagne d'arrestations"