"Au moins 95 morts" dans les violences inter-ethniques en Guinée
0
 

Écouter

"Au moins 95 morts" dans les violences inter-ethniques en Guinée

AFP | Lu 1311 fois | Publié

Les violences ayant opposé la semaine dernière deux ethnies de la Guinée dans le sud-est de ce pays ont fait "au moins 95 morts" en moins de trois jours, selon le dernier bilan communiqué mercredi par le porte-parole du gouvernement guinéen.

"Au dernier rapport, il y a eu au moins 95 morts et une centaine de blessés" lors de ces violences entre des Guerzé et des Konianké, a déclaré le porte-parole, le ministre Albert Damantang Camara à quelques journalistes dont un de l'AFP. Le précédent bilan du gouvernement, établi le 19 juillet, était d'au moins 58 morts. Selon le porte-parole, "il y a eu 131 arrestations" après les violences. Les affrontements ont opposé, entre les 15 et 17 juillet, des Guerzé, majoritaires en Guinée forestière, et des Konianké, d'abord à Koulé, puis à N'Zérékoré et Beyla, distantes de quelques dizaines de kilomètres. D'après une source policière, tout est parti du passage à tabac, dans la nuit du 14 au 15 juillet, de trois jeunes Konianké par des gardiens guerzé d'une station-service de Koulé. Deux des jeunes ont trouvé la mort quelques heures plus tard, entraînant une série d'attaques et de représailles à coups de machettes, haches, coupe-coupe, bâtons, pierres et armes à feu. Depuis plusieurs jours, "le calme est revenu, les activités ont repris" dans la région dont N'Zérékoré est la plus grande ville, a encore affirmé le ministre Camara. Outre les "131 arrestations" sur lesquelles aucun détail n'a été fourni, "des armes ont été saisies et le procureur de la République près le tribunal de première instance de N'Zérékoré a ouvert une information judiciaire", selon le porte-parole du gouvernement, "Les forces de sécurité sont déployées à N'Zérékoré, Beyla et Koulé pour continuer leurs opérations de prévention et de dissuasion", tandis que "les autorités administratives, religieuses et coutumières continuent le dialogue et l'appel à l'apaisement", a-t-il ajouté. Selon lui, plusieurs membres du gouvernement étaient mercredi "sur le terrain pour évaluer la situation et consolider le retour au calme", et le Premier ministre se rendra prochainement sur place.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La nouvelle carte nationale d’identité biométrique sera délivrée à partir de 16 ans pour une validité de 10 ans (Conseil des ministres)

Algérie: cinq manifestants ayant brandi un drapeau berbère acquittés à Alger

Plus de 200 tonnes de faux médicaments découverts à Abidjan

Présidentielle au Togo: Des opposants demandent la "suspension" du processus électoral

Le gouvernement veut durcir les peines liées aux infractions routieres (Conseil des Ministres)