Sarkozy: \"il faut éviter la constitution d\'un Etat terroriste\" au Sahel
0
 

Écouter
Sarkozy: \

Sarkozy: \"il faut éviter la constitution d\'un Etat terroriste\" au Sahel

AFP | Lu 2623 fois | Publié

Le président français Nicolas Sarkozy a estimé vendredi qu\'il fallait \"tout faire\" pour éviter que ne se forme un \"Etat terroriste ou islamique\" au Sahel après que des rebelles touareg et groupes islamistes eurent pris le contrôle du nord du Mali, tout en excluant une intervention militaire en première ligne de la France.\"Il faut tout faire pour éviter la constitution d\'un Etat terroriste ou islamique au coeur du Sahel\", a déclaré sur I-Télé M. Sarkozy. \"Je ne pense pas que ce soit à la France\" d\'intervenir militairement, a-t-il ajouté. Il a toutefois ajouté que la France, ancienne puissance coloniale au Mali, pouvait \"aider\" une telle opération.\"Il y a la Cédéao (Communauté économique des Etats d\'Afrique de l\'Ouest, ndlr), c\'est-à-dire l\'organisation des Etats de la zone, avec la Mauritanie, avec le Niger, avec l\'Algérie, qui a un grand rôle à jouer, il y a la décision que peut prendre l\'Union africaine, il y a la décision que doit prendre le Conseil de sécurité\" de l\'ONU, a-t-il ajouté.\"La France est prête à aider mais elle ne peut pas être leader pour un certain nombre de raisons qui appartiennent d\'ailleurs à l\'histoire coloniale de la France\", a poursuivi le président, \"dans cet endroit du monde, ce n\'est pas à la France de le faire, la France peut aider mais elle ne peut pas être un leader\".\"Il faut respecter les frontières du Mali (...) il faut travailler avec les touareg pour voir comment ils peuvent avoir un minimum d\'autonomie\", a-t-il également jugé.La France a, comme l\'ensemble de la communauté internationale, condamné la récente déclaration unilatérale d\'indépendance du Nord-Mali par les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l\'Azawad (MNLA).Nicolas Sarkozy s\'est par ailleurs \"réjoui que les choses progressent au Mali où l\'ordre constitutionnel petit à petit revient, puisque c\'est le président de l\'Assemblée nationale qui est devenu le président par intérim et que des élections vont avoir lieu\".Dans un entretien au journal Libération publié vendredi, le socialiste François Hollande, favori de la présidentielle française des 22 avril et 6 mai, écarte lui aussi toute intervention militaire française au Mali, jugeant que \"c\'est aux Africains de le faire\".\"Si l\'ONU le demande, nous verrons bien\", a-t-il toutefois ajouté, estimant que \"pour l\'instant, la pression (internationale) a déjà été utile puisqu\'il y a un processus politique qui est revenu au Mali\".Depuis un coup d\'Etat militaire fin mars contre le président Amadou Toumani Touré, les rebelles du MNLA et d\'autres mouvements armés, notamment islamistes, occupent le nord de Mali, où le Mouvement al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est très actif et détient plusieurs otages occidentaux, dont six Français.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La société civile s’outille pour la lutte contre la traite des êtres humains

Près de 300 médailles et plusieurs trophées dans les arts martiaux dans la région de Gbêkê en 2018

Des journées portes ouvertes au lycée moderne de Sakassou

Dépôts d'argent suspects: l'aîné de Bolsonaro parle d'une transaction immobilière

Nigeria: 4 soldats tués, l'armée repousse une série d'attaques de Boko Haram