La foule continue d'affluer devant la maison de Mandela à Johannesburg
0
 

Écouter
La foule continue d'affluer devant la maison de Mandela à Johannesburg

La foule continue d'affluer devant la maison de Mandela à Johannesburg

AFP | Lu 1335 fois | Publié

Quelques centaines de personnes de toutes les races et tous les milieux continuaient d'affluer samedi devant la maison de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela qui y est mort jeudi soir.

Les rues du quartier ont été fermées à la circulation par la police, obligeant à se déplacer à pied, fait rare dans l'agglomération de Johannesburg où la voiture est de rigueur pour le moindre déplacement. Au carrefour des 4e et 12e rues, une grille érigée pour barrer l'accès à la maison de l'ancien président est couverte de fleurs, messages, drapeaux, formant un mémorial, qui rappelle la grille de l'hôpital de Pretoria où Mandela avait frôlé la mort en juin. On vient s'y recueillir, on s'y photographie aussi. Sur le côté, un petit autel a été improvisé sur la pelouse, autour deux palmiers nains. Des bougies y brûlent, à côté d'un amoncellement de fleurs, disposées en fer à cheval. Un T-shirt à l'effigie de Mandela a été accroché au jacaranda voisin, barré de l'inscription "Tata (papa) Madiba, 1918-2013, pour toujours dans nos coeurs". Un photographe est là pour proposer des photos-souvenirs à 20 rands pièce (1,50 euro). De l'autre côté de la rue, un stand vend des souvenirs à la gloire du héros de la lutte anti-apartheid. Le T-shirt jaune "Nelson Mandela, notre héros est mort - 1918-2013" est vendu 200 rands (14 euros), une cocarde avec le portrait de Mandela aux couleurs du drapeau sud-africain 30 rands (2 euros). Les gens arrivent, se recueillent, repartent, qui avec son chien, la poussette du bébé, des drapeaux. Une délégation chinoise passe écartant tout le monde sur son passage, suivie par un groupe de militants ANC entonnant des chants à la gloire de Mandela repris en choeur par une partie du public sous l'oeil de nombreux journalistes. "Tout a changé en Afrique du Sud, mon ami, les Noirs avant passaient le baccalauréat sans parler l'anglais", confie Tebogo Mashinini, un chômeur venu du township de Katlehong et qui demande l'aumône après l'interview. De Mandela, il retient qu'"il a dit, ne les combattez pas avec des armes, combattez avec l'éducation!". "Sans lui, cela aurait été la guerre civile dans ce pays, c'est sûr", disent deux amies blanches Sandra et Chantal, déposant un bouquet de roses jaunes. "Les choses partaient vraiment dans la mauvaise direction jusqu'à ce qu'il arrive. Nous devons lui rendre hommage. Nous ne serions là pour personne d'autre".
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Soudan: première condamnation pour corruption pour Omar el-Béchir

Afrique du Sud: Julius Malema reconduit à la tête de la gauche radicale

Eruption en Nouvelle-Zélande: le bilan monte à 18 morts

Le président de la Commission électorale indépendante (CEI) Coulibaly Kuibiert Ibrahim a installé la commission électorale régionale de Dabou

Le ministre de la Sécurité et de la protection civile inaugure le Centre de secours d’urgence d e la région du Guémon