L'armée française a pour objectif une mission de six mois en RCA
0
 

Écouter
L'armée française a pour objectif une mission de six mois en RCA

L'armée française a pour objectif une mission de six mois en RCA

Reuters | Lu 1333 fois | Publié

L'opération française en Centrafrique partie pour durer mois. La mission est prévu pour six mois, sur le terrain la tension est palpable. Les français en ont déjà fait les frais.

L'opération des forces françaises en Centrafrique, qui se heurtent à "une situation très tendue avec des relents d'affrontements confessionnels", est programmée pour six mois, a réaffirmé mercredi Jean-Yves Le Drian. "J'ai donné l'indication de six mois, c'est une indication je pense significative. (...) C'est l'objectif", a dit le ministre de la Défense sur BFM TV et RMC info. "Une opération militaire, ça prend du temps, de toute façon", a-t-il souligné, alors que des interrogations commencent à poindre dans la classe politique et les médias français sur les risques et la durée de la mission "Sangaris", qui a déjà coûté la vie à deux soldats français. "J'entends ici ou là qu'il faut aller plus vite, mais on n'a commencé à désarmer que depuis lundi", a poursuivi Jean-Yves Le Drian. "Il faut assurer le désarmement systématique, avec le soutien des forces africaines, de l'ensemble des acteurs de toutes les milices", a-t-il ajouté. La France savait que l'intervention serait "dangereuse", a déclaré mardi soir François Hollande lors d'une visite-éclair à Bangui où il a salué la mémoire des deux parachutistes tués dans un accrochage dans la capitale centrafricaine. "Elle est dangereuse, on le sait, on le savait, mais elle est nécessaire si on veut éviter qu'il se produise ici un carnage", a dit le président français.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L'Africa sport bat l'Asec mimosas sur le score de 1 but à 0

USA : Donald Trump sera renvoyé en procès pour destitution après un vote du Congrès américain

RDC : Tshisekedi "déclare la guerre" à la corruption devant les parlementaires congolais