Mali: Des médiateurs ouest-africains de retour à Bamako samedi
0
 

Écouter
Mali: Des médiateurs ouest-africains de retour à Bamako samedi

Mali: Des médiateurs ouest-africains de retour à Bamako samedi

AFP | Lu 1731 fois | Publié

Les ministres burkinabè Djibrill Bassolé et ivoirien Adama Bictogo, médiateurs ouest-africains pour la crise au Mali, sont attendus samedi à Bamako, une semaine après l'échec de discussions avec les auteurs du putsch du 22 mars, selon une source proche de la médiation. Les deux ministres sont attendus dans l'après-midi dans la capitale malienne, a indiqué à l'AFP cette source, sans plus de détails. Djibrill Bassolé et Adama Bictogo représentent le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour la crise malienne, et le président ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao. Ils avaient quitté Bamako le 12 mai, après plusieurs jours de discussions infructueuses avec les militaires qui ont renversé le 22 mars le régime d'Amadou Toumani Touré (ATT), puis ont officiellement cédé le pouvoir aux civils en vertu d'un accord signé le 6 avril par le chef des putschistes, le capitaine Amadou Haya Sanogo, et la Cédéao. Dioncounda Traoré a été investi le 12 avril comme chef de l'Etat par intérim et a désigné comme Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Mais les putschistes restent omniprésents dans les sphères de décisions politiques, et bloquent la transition en s'opposant au maintien du président par intérim Dioncounda Traoré, au-delà de 40 jours, soit le 22 mai. Le 14 mai, le chef des putschistes a demandé au Premier ministre d'organiser une "convention nationale" (concertation) pour choisir le président de transition, idée rejetée par Dioncounda Traoré et la Cédéao. L'organisation ouest-africaine a réitéré des menaces de sanctions ciblées et, vendredi, elle a accusé les putschistes d'avoir créé un "blocage" politique et de chercher à "dévoyer le processus politique enclenché" pour la transition au Mali. Le retour des médiateurs au Mali est annoncé au lendemain du vote par le Parlement, à l'unanimité, d'un projet de loi d'amnistie pour les putschistes et leurs associés pour des infractions commis entre la veille du coup d'Etat (21 mars), où le pays a connu une mutinerie militaire, et l'investiture du président intérimaire (12 avril). Le coup d'Etat du 22 mars a favorisé la chute du nord du Mali aux mains de groupes armés, notamment islamistes, et le pays est coupé en deux depuis fin mars-début avril.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La mairie de San-Pedro offre 8000 kits scolaires à des élèves du primaire et du collège.

Un programme triennal de près 98 millions FCFA adopté par la mairie de San-Pedro

Un taxi finit sa course dans un fleuve à Guiglo: un mort

Le CHU de Yopougon fermé à partir de novembre pour une réhabilitation d'une durée de 36 mois à compter de janvier 2020.

Un tribunal militaire a condamné vendredi l'ancien chef d'état-major de Guinée équatoriale, Ruslan Hermes Nguema Oyana, à 18 ans de prison