Côte d’Ivoire : « Je ne vais plus écrire, mais devenir une footballeuse professionnelle » Fatou Kéita
0
 

Écouter
Côte d’Ivoire : « Je ne vais plus écrire, mais devenir une footballeuse professionnelle » Fatou Kéita

Côte d’Ivoire : « Je ne vais plus écrire, mais devenir une footballeuse professionnelle » Fatou Kéita

Assouan Noumoua Stéphane | Lu 1080 fois | Publié

Le Palais de l’Assemblée Nationale Abidjan-Plateau, a abrité, le mardi 31 Mars 2015, la séance de dédicace du livre "A l’école du Tchologo" de Prof. Fatou Kéita, en présence du parrain Son Excellence M. Guillaume Soro, Président de l’Assemblée Nationale, le graphiste-peintre Houssou Justin et de Guy Lambin Directeur Général de NEI-CEDA.

Icône de la littérature pour enfant, Prof. Fatou Keïta s'est saisi de la dédicace de son 23ème ouvrage intitulé "A l’école du Tchologo", pour faire un coup de gueule à l'encontre des autorités ivoiriennes: « Je ne vais plus écrire, mais devenir une footballeuse professionnelle ». Elle poursuit: " En ce moment, j'aurai la clameur du public, une médaille, une villa et 30.000.000f CFA" Tout ceci pour montrer à l'assemblée que malgré les prix qu'on lui reconnait à savoir le Premier prix pour le concours de littérature africaine pour enfants de l’ACCT (l’Agence de la Francophonie) avec "Le Petit Garçon Bleu" (NEI 1996), la Mention spéciale du Jury pour "La Voleuse de Sourires" (NEI 1997), la Mention Honorable au Prix UNESCO 1997, le Prix d’Excellence de la République de Côte d’Ivoire pour la Culture, pour ne citer que ceux-là, Fatou Keïta ne reflète aucunement la fortune qu'on lui confère.

En ce qui concerne le regard qu'on accorde à la littérature pour enfant, Fatou Keïta a rappelé à l'auditoire : "La littérature pour enfant n'est pas une sous littérature". Et pour marquer sa satisfaction, elle s'est réjouie en ces termes: " C'est une grande victoire cet ouvrage qui à sa dédicace réuni un grand nombre de personnes âgées pour célébrer le livre de la jeunesse".

Dans son livre "A l’école du Tchologo" illustré par le célèbre graphiste-peintre, M. Houssou Justin, Prof. Fatou Keïta nous renvoi au cœur de la culture Sénoufo. Tchologokaha, joli petit village situé au nord de la Côte d'Ivoire où est organisé des festivités pour accueillir les jeunes hommes partis de long mois dans le bois sacré pour être des hommes matures et responsables. Ces initiés sont appelés les "Tchélés".

Pour M. Guy Lambin, Directeur Général de NEI-CEDA, c'est un honneur d'accompagner cette icône de la littérature pour enfant.

Le parrain de cette dédicace, SEM. Guillaume Soro Président de l'Assemblée Nationale, en tant que fils du nord de la Côte d'Ivoire, est aussi un "Tchélé". Il reconnaît que le monde de la littérature a des difficultés. Cette marginalité dont fait l'objet les écrivains sera réparée. Mais dans un premier temps il les a qualifié de "Eléphants écrivains". Et il a promis : « La reconnaissance la plus justifiée vous sera attribuée et cela n’aura pas de prix », a-t-il dit.

Dans son ouvrage " A l’école du Tchologo ", Prof. Fatou Keïta immortalise les pratiques et coutumes africaines qui tendent à disparaître petit à petit. Elle nous montre l’Afrique par ce qu’elle possède de magnifiquement positif.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le Fonds de soutien et de développement de la Presse (FSDP) renforce les capacités des acteurs des radios privées non commerciales

Toumodi : Cinq ans de prison fermes pour un individu pris avec du cannabis

Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Sénat ivoirien signent une convention- cadre de partenariat

Un projet de loi adopté pour réguler la pratique des jeux de hasard

Le gouvernement offre 21 châteaux d’eaux aux populations semi-urbaines (Communiqué)