"L’Afrique c’est magic" : La vie, l’histoire et le film du parcours du groupe ivoirien Magic System.
0
 

"L’Afrique c’est magic" : La vie, l’histoire et le film du parcours du groupe ivoirien Magic System.

RTI Info / Lacinan Ouattara avec Dorcas Loba (Stag | Lu 1410 fois | Publié

On connaissait leur talent, mais on ignorait l’histoire des « Gaous » venus d’Anoumabo, un quartier populaire de la commune de Marcory à Abidjan. C’est ce parcours que retrace "L’Afrique c’est magic", un film documentaire de 52 minutes présenté par la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI). L’avant-première du film a eu lieu jeudi 18 avril 2019 à Abidjan.

Réaliser ses projets d’avenir, c’est l’aspiration de tout jeune. Les quatre « magiciens » d’Anoumabo y sont arrivés après plusieurs années de travail et de sacrifices. Tout part du petit village au bord de la Lagune Ebrié qui a vu grandir ces quatre amis de quartier devenus aujourd’hui une référence en Afrique et dans le monde.


Entre galère, mésaventures, échecs et succès, les jeunes garçons sont restés solidaires. Le film "L’Afrique c’est magic", tourné entre la Côte d’Ivoire, le Burkina-Faso et la France, nous raconte à travers des scènes et témoignages parfois comiques, émouvants et inspirants de ces icônes de la musique africaine.


Au départ guidé par un rêve commun, celui de devenir de grands artistes dans le « Zouglou », rythme musical né dans les années 90 en Côte d’Ivoire, porté par les jeunes pour dépeindre les tares de la société, ces jeunes vont être emballés dans une aventure avec au bout le succès.
"D’Anoumabo à Paris, on ne s’y attendait pas", reconnaît A’Salfo. Avec "Premier gaou", titre phare sorti en 2000 qui les propulse au-devant de la scène, le groupe Magic System va enchaîner les tubes et glaner des trophées et récompenses.


Du passage à la Star Academy, émission de téléréalité de détection de talents, au Stade de France ou encore à l’Elysée, mais aussi entre Disque d’Or, disque de Platine, grand prix Sarcem des Musiques du Monde et bien d’autres, le succès ne leur est pas monté à la tête.
Les quatre sont restés humbles et ont même décidé de redonner à l’Afrique, la Côte d’Ivoire et surtout à Anoumabo, ce que les différents publics leur ont offert de plus grand : une affection sans précédent en plus de vingt ans de carrière.


Pour Fausséni Dembélé, Directeur Général de la Radiodiffusion Télévision Ivoirienne (RTI), le groupe de médias publics va s’inscrire désormais dans la production de films retraçant l’histoire d’icônes de la culture en Côte d’Ivoire.
"A partir de ce film, c’est le monde de la culture ivoirienne à travers d’autres vedettes telles que Alpha Blondy, Allah Thérèse et bien d’autres qui seront mis en avant dans des productions documentaires avec le concours de plusieurs autres structures", a dit M. Dembélé.


Cette avant-première a vu la présence des Ministres Sidi Touré de la Communication et des Médias et Maurice Kouakou Bandama de la Culture et de la Francophonie. Ils n’ont pas manqué de dire leur satisfaction pour cette co-production de la RTI avec Galaxie Presse, tout en saluant le parcours inspirant de A’Salfo, Manadja, Goudé et Tino.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Bouna : Des jeunes font tomber des bâches sur des invités à l’intronisation d’un chef pour manifester leur opposition à cette cérémonie

Près de 400 milliards disponibles pour le financement des PME (Ministre)

Le gouvernement lance l’opération de réhabilitation des pompes villageoises

Le gouvernement veut faire des PME le fer de lance de l’économie ivoirienne (ministre)

Le conseil régional du Tchologo offre du matériel d’assainissement aux communes