Décès du "Roi du Coupé-décalé" DJ Arafat : Une grosse perte pour la culture ivoirienne. Des milliers de fans inconsolables.
0
 

Écouter
Décès du

Décès du "Roi du Coupé-décalé" DJ Arafat : Une grosse perte pour la culture ivoirienne. Des milliers de fans inconsolables.

RTI Info/Boris Odilon BLE | Lu 14149 fois | Publié

L’artiste Dj Arafat, de son vrai nom Houon Ange Didier a rangé le micro. Le porte-flambeau du Coupé-décalé s’est éteint au matin du lundi 12 août 2019 à 8 heures dans une clinique de la commune de Cocody (Abidjan) des suites d’un accident de la circulation.

La musique ivoirienne vient de perdre un de ses dignes ambassadeurs. DJ Arafat, 33 ans, a perdu la vie suite à un accident de la circulation survenu vers 23 heures dans la commune de Cocody. L’artiste qui était à moto est entré en collision avec un véhicule à un carrefour. Un choc violent s’en suit. L’artiste se retrouve en mauvais état.

Aussitôt, passants et automobilistes se ruent sur les deux accidentés. Les secours sont aussitôt joints. Ils arrivent et prennent en charge les deux victimes qui vont être internés dans des hôpitaux.

Le célèbre artiste musicien aura lutté contre la mort toute la nuit, mais « ses forces l’ont lâché à 8 heures » indique Vanessa, une de ses proches.

Bien que n’étant pas encore rendue officielle, la nouvelle de la disparition du « Daïshi » se repend comme une trainée de poudre. L’hôpital où il recevait les soins est envahi par une foule de fans venus « vérifier » l’information.

Peu avant l’édition de la mi-journée de RTI 1, l’information avait été diffusée sur les réseaux sociaux du groupe de médias publics. C’est à 13 heures, dans le Journal que la présentatrice va faire lecture du communiqué officiel du Ministère de la Culture annonçant le décès d’Arafat.

Les réseaux sociaux s’enflamment. Dans le même temps, un média en ligne affirme le contraire : « Dj Arafat n’est pas mort (…) comme constaté sur place (…) par KOACI à 13H50 TU ». Cette mauvaise information est fortement relayée, les fans s’en retrouvent réconfortés. Et pourtant…

Il est 13H47 quand l’artiste Tina Glamour, la mère d’Arafat arrive à l’hôpital. En larmes, mais ne sachant pas encore le drame. Les « Chinois », surnom des fans d’Arafat, postés devant le centre de santé, l’accueillent dans une liesse et la rassurent : « la mère, le Daïshi s’est réveillé, il n’est pas mort ». Elle est installée à l’abri des regards.

Le hall ne désemplit pas. Un ballet de parents, amis, connaissances qui veulent savoir si oui ou non Arafat est en vie. Le cordon de sécurité autour de l’hôpital est mis à rude épreuve. La foule dehors grandit, devient de plus en plus compacte, excitée et même surexcitée.

>>> A voir aussi : Les fans de DJ Arafat chantent devant la polyclinique où il était interné

« Arafat ne peut pas mourir » scandent les « Chinois ». « Ils ont essayé de me tuer, mais je reste vivant. Vous ne pouvez rien parce que je demeure le Yorobo », reprennent-ils en chœur l’une des chansons de l’artiste et bien à propos.

>>> A voir aussi: Les "Chinois" apprennent le décès de DJ Arafat

Il faut trouver le moyen d’informer les fans sans créer de troubles. Habib Marwane, membre du staff de l’artiste décide de porter la nouvelle au millier de fans postés à l’entrée la polyclinique qui a accueilli l’artiste. On l’installe à l’arrière d’un véhicule de la Police nationale. Il se présente devant la foule qui exulte en le voyant, s’attendant à une nouvelle réconfortante. La bonne nouvelle tant attendue ne viendra jamais. « On a toujours été forts grâce à Dieu. Aujourd’hui, DJ Arafat est mort. C’est la vérité » annonce-t-il, un chat dans la voix, dépité. Stupeur, cris de détresse, de désolation, pleurs. « La Chine » est officiellement en deuil. La Côte d’Ivoire aussi. L’Afrique et le monde n’en demeure pas moins affectés.

C’est par une porte dérobée que nous quittons les lieux.

Véritable phénomène musical, adulé pour son talent mais aussi connu pour ses frasques, Dj Arafat était un personnage qui ne laissait personne indifférent. Auteur-compositeur, interprète, arrangeur, producteur, l’artiste avait révolutionné le Coupé-décalé au point d’en devenir l’image, la figure de proue, l’emblème, le « Roi ».

>>> A voir aussi : La RTI rend hommage à DJ Arafat (Emission Spéciale)

Houon Ange Didier était un personnage à la double facette aux multiples surnoms : Sao Tao le Dictateur, Yôrôbô, Commandant Zabra, Daïshikan, Zeus, Beerus Sama, Termistocle... Si ses fans pleurent l’artiste Dj Arafat, ses proches pleurent Ange Didier, l’humain, le frère, l’ami, le père, l’homme au grand cœur.

Né le 26 janvier 1986 dans la commune de Yopougon (Abidjan), Dj Arafat laisse derrière lui une mère inconsolable, une fiancée déboussolée et quatre enfants. Le « Roi » du Coupé-décalé a vraiment abdiqué.

 

 

Boris Odilon BLE
@BorisBle

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Pluies diluviennes: Le Gouvernement apporte son soutien aux sinistrés d’Alépé

L’union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) recommande la mise en place d’un fonds régional de transport maritime

Plusieurs tonnes de produits périmés incinérés à Aboisso

Des femmes juristes et le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) sensibilisent sur l’apatridie à Zébizékou dans le département de Ouragahio

Cent-trente-cinq réfugiés ivoiriens de la crise post-électorale (2011) sont arrivés mercredi soir à Korhogo, dans le cadre d’un retour volontaire