La crise de la dette plane sur le sommet Asie-Europe
0
 

Écouter
La crise de la dette plane sur le sommet Asie-Europe

La crise de la dette plane sur le sommet Asie-Europe

AFP | Lu 1659 fois | Publié

L\'Europe tentera de trouver en Asie un peu de dynamisme pour l\'aider à sortir de la crise de la dette, lors d\'un sommet entre les deux continents qui s\'ouvre lundi au Laos, sur fond d\'interdépendance croissante des deux blocs dans l\'économie mondiale.

Une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernements sont attendus à Vientiane, dont le président de l'UE Herman van Rompuy et le chef de la Commission européenne Jose Manuel Barroso, mais aussi le président français François Hollande et le Premier ministre italien Mario Monti. Une délégation qui aura pour objectif de démontrer puissance et unité dans une période trouble. Les Européens "sont conscients de l'importance croissante de l'Asie comme moteur de la croissance économique mondiale", relève un diplomate du sud-est asiatique sous couvert de l'anonymat. "Ils profiteront du sommet pour rassurer l'Asie sur le fait que même en l'absence d'une solution immédiate à la crise de la dette, l'union monétaire ne va pas s'effondrer". Le sommet Asie-Europe (ASEM), qui se tient tous les deux ans depuis 1996, offre une occasion aux deux blocs de renforcer leurs liens commerciaux et leurs investissements. "Quand l'Europe est en difficulté, il y a une inquiétude globale qui s'installe", admettait la semaine dernière le ministre français du Travail Michel Sapin, en visite officielle à Hanoï, lors d'un entretien avec l'AFP. "Nous devons montrer au monde que l'Europe ne recule pas mais qu'elle avance". Echo similaire chez un diplomate européen, selon lequel les dirigeants vont vouloir amender l'image catastrophique dont souffre l'UE depuis quelques mois. "L'Europe n'est pas (...) le grand malade de la planète", a-t-il estimé. "Elle demeure au contraire la première destination des exportations des pays d'Asie". Mais les dossiers les plus alarmants, Grèce et Espagne notamment, font craindre aux capitales asiatiques un effondrement pur et simple de l'union monétaire. "Ce sont les questions auxquelles la partie européenne devra répondre inévitablement", a-t-il estimé. Les grandes puissances asiatiques seront elles aussi représentées dans la capitale du Laos, un pays de 6 millions d'habitants sous le joug d'un régime communiste depuis 1975, dépourvu de tissu économique mais qui a multiplié les réformes pour intégrer l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'ici quelques semaines. L'Asie n'a pas été préservée par la crise européenne, la Chine et les autres grandes nations exportatrices souffrant notamment de la baisse des commandes du vieux continent. Pékin, notamment, ne cache pas son inquiétude pour sa propre économie. En septembre, le Premier ministre Wen Jiabao avait promis que son pays continuerait "à jouer son rôle pour aider à résoudre la crise de la dette en Europe par les moyens appropriés". La Chine n'a jamais cessé, ces derniers mois, d'acheter des obligations émises par les Etats de la zone euro et le fonds de secours FESF, tout en "discutant activement de moyens de coopération" avec le futur fonds de sauvetage permanent de la zone euro (MES), avait-il rappelé. L'UE continue d'ailleurs de reluquer avec concupiscence les quelque 3 milliards de dollars de réserves de change chinoises - la plus importante du monde. "La crise de l'eurozone a accentué la prise de conscience de part et d'autre de l'interdépendance de leurs économies", résume Shada Islam, analyste des Amis de l'Europe, un groupe de réflexion basé à Bruxelles. "Les Européens ont besoin des marchés asiatiques en croissance pour dynamiser une activité affaiblie, tandis que les Asiatiques reconnaissent leur vulnérabilité face aux difficultés de l'eurozone".
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des milliers de Soudanais réclament la dissolution de l'ancien parti au pouvoir

Des milliers de Soudanais réclament la dissolution de l'ancien parti au pouvoir

Des milliers de Soudanais réclament la dissolution de l'ancien parti au pouvoir

Brexit: Johnson empêché de faire adopter son accord

Des femmes de Kanawolo désapprouvent le site choisi pour la construction d’un marché