La faiblesse du yen face au won fait souffrir les exportateurs sud-coréens
0
 

Écouter
 La faiblesse du yen face au won fait souffrir les exportateurs sud-coréens

La faiblesse du yen face au won fait souffrir les exportateurs sud-coréens

AFP | Lu 1015 fois | Publié

La dépréciation du yen face au won a affaibli la compétitivité des exportateurs sud-coréens en 2012, érodant leurs performances sur les marchés où ils jouent aujourd\'hui d\'égal à égal avec leurs concurrents japonais après des années d\'efforts acharnés.

La monnaie sud-coréenne a enchéri de 27% face au yen depuis le début de 2012 dans la perspective de l'assouplissement monétaire promis de longue date par le dirigeant conservateur japonais Shinzo Abe, redevenu Premier ministre en décembre. Et le won a gagné 8,6% contre le dollar américain dans le même intervalle, atteignant le 15 janvier un plus haut depuis 17 mois, à 1.054,49 wons. A l'inverse, le yen s'est effrité cette semaine à son niveau le plus bas contre le billet vert. Les méandres des changes won-yen-dollar sont scrutés avec angoisse en Corée du Sud où les exportations représentent près de la moitié des richesses créées. Au cours des dix dernières années, la Corée du Sud a fait une remarquable percée sur les marchés japonais à l'exportation, dans l'appareillage électronique, l'automobile, la construction navale et l'acier. Alors que 20% seulement de leurs 50 premiers exportateurs respectifs se disputaient les mêmes marchés en 2000, ils sont désormais 50%, selon des données de l'Agence coréenne de promotion du commerce et des investissements. "L'impact du yen faible a un impact limité sur les industries technologiques de l'information comme (le secteur) des téléphones multifonctions (smartphones) dans lequel la Corée du Sud a une nette avance", note Shin Hyon-Soo de l'Institut coréen d'études économiques et commerciales. "Mais les secteurs de l'automobile, de l'équipement ménager et de l'acier, pour lesquels le moindre mouvement de change se révèle crucial, ont du souci à se faire", estime-t-il. Les géants comme Samsung, numéro 1 mondial des téléphones portables, et Hyundai, premier constructeur automobile sud-coréen, se ressentent déjà très sensiblement de ces variables. Hyundai Motor, cinquième constructeur mondial, a enregistré un recul de 12% de son bénéfice d'exploitation au quatrième trimestre malgré une hausse de 12% de son chiffre d'affaires. Ses rivaux japonais Toyota et Honda devraient "activement tirer parti d'un yen affaibli" sur leurs marchés concurrentiels, Australie et Russie notamment, s'est ainsi inquiété le directeur financier de Hyundai. Kia, filiale de Hyundai, a également imputé à des effets de change défavorables la dégringolade de son bénéfice d'exploitation sur la période octobre-décembre (-51% sur un an). "Nous envisageons de relever les prix à l'export de nos véhicules si le won reste cher", a prévenu le directeur financier de Kia, Park Han-Woo, annonçant une "année difficile". Même Samsung, navire-amiral de l'industrie sud-coréenne, dont le chiffre d'affaires 2012 équivaut peu ou prou au budget annuel de l'Union européenne (135 milliards d'euros), s'avère vulnérable. Samsung estime que l'affaissement du yen lui a coûté 250 millions d'euros sur le seul quatrième trimestre 2012, soit 4% de son résultat d'exploitation, et qu'il pourrait obérer ses performances opérationnelles 2013 à hauteur de 2 milliards d'euros. "Un yen faible n'aura pas d'effet démesuré sur les revenus de Samsung dans les téléphones portables pendant un moment encore, mais c'est une autre histoire pour les semi-conducteurs (puces, mémoires flash)", estime une source proche du groupe ayant requis l'anonymat. "La situation peut être problématique si le dollar reste au-dessus de 90 (yens) à long terme", estime cette source. Le groupe LG Electronics, deuxième producteur mondial de cartes mémoire, a également imputé, entre autres, à des effets de change le quadruplement de sa perte nette au quatrième trimestre.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cinq morts dans l'effondrement d'un immeuble à la Casbah d'Alger

Egypte: fin du référendum pour prolonger la présidence de Sissi

Nigeria: un policier fonce sur une procession de Pâques (10 tués, 30 blessés)

Algérie: le PDG de Cevital, plus grand groupe privé, incarcéré (agence officielle)

Madagascar: des contestations sur référendum constitutionnel annoncé pour le 27 mai