Tourisme : le ministre Kacou roger visite les sites et réceptifs touristiques à réhabiliter
0
 

Écouter
Tourisme : le ministre Kacou roger visite les sites et réceptifs touristiques à réhabiliter

Tourisme : le ministre Kacou roger visite les sites et réceptifs touristiques à réhabiliter

Didier N'Doli| d.ndoli@rti.ci | Lu 1013 fois | Publié

Selon les chiffres officiels, le tourisme en Côte d’Ivoire représente en 2013 pour 0,5% du produit intérieur brut (PIB). C’est pour relancer ce secteur et accroître sa part dans le PIB que Kacou Roger, ministre ivoirien du tourisme a effectué une visite des sites touristiques et patrimoines hôteliers à réhabiliter dans le sud-ouest de la Côte d’Ivoire à San Pedro, Sassandra, et Grand-Béréby.

Les plus belles plages dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire sont depuis 2002, des sites perdus, oubliés et abandonnés par les touristes du monde entier. Des hôtels qui autrefois étaient la fierté du tourisme balnéaire sont en décrépitude. Relancer le tourisme balnéaire et l’éco-tourisme, c’est le défi que veut relever le ministère du tourisme de Côte d’Ivoire. Le patrimoine touristique de la Côte d’Ivoire, à savoir les plus beaux sites balnéaires ont été laissés depuis longtemps donnés en héritage aux populations autochtones. C’est le jour de saint André que la baie de Sassandra a été découverte en 1469 par les Portugais. Après les Portugais, les Anglais ont conquis le territoire de Sassandra. En 1943, en pleine guerre mondiale, leur navire le SS DJOUMANA a été torpillé par un sous-marin allemand. Depuis tous les naufragés gisent dans l’ancien cimetière de Sassandra et un monument a été érigé en leur honneur en bordure de la baie où on commémore chaque année le 11 novembre à 11 heures ce drame. "C’est un symbole pour la ville", nous explique le Maire de Sassandra en ajoutant que sa ville regorge de nombreux atouts touristiques qui ont été soit laissés à l’abandon, soit inexploités faute de moyens financiers. L’embouchure, un endroit où le fleuve Sassandra croise de plein fouet l’océan, reste et demeure en face de l’ancienne résidence de la maison du gouverneur, un lieu unique à la ville. En quittant l’hôtel "La terrasse", la plus vieille prison civile, la gorge du lac naturel de Sassandra, qui sont des sites délaissés et en état de délabrement, Grand-Béréby nous accueillent. Grand-Béréby, Monogaga réclame les touristes. Un carrefour symbole s’ouvre pour nous laisser voir 8 kilomètres de route non bitumées, bordées et parsemées de nids de poule, pour enfin nous laisser découvrir un des plus beau patrimoine touristique ivoirien, ‘’la plage de Monogaga’’. "Le tourisme est une affaire de tous" a affirmé le ministre Roger Kacou aux populations du beau village de Monogaga en présence du Chef du village. Il a demandé à la population de toujours participer à l’entretien de ce site touristique, long de plus de 10 kilomètres de littoral. Le paysage existe certes mais les infrastructures manquent. A Monogaga, il n’existe aucun réceptif hôtelier. Ce manque de réceptifs impacte la relance économique. Grand-Béréby réclame plus de touristes, mais aussi des infrastructures viables et adaptées pour permettre de mieux promouvoir la destination Côte d’Ivoire. San-Pedro, une côte en pleine érosion. San-Pedro ou Saint pierre, la côtière ivoirienne représente une valeur touristique énorme pour la Côte d’Ivoire. Une ville qui à elle seule dispose de réceptifs hôteliers importants tant à sa valeur, qu’à sa capacité d’hébergement. De la baie des sirènes au Golf club, tout est détruit. La nature a repris ses droits. Forêts, érosion, et dégradation sont servis aux plus beaux des sites touristiques. Un regard dégradé donnant sur l’océan. Bien qu’en état de destruction avancée, le paysage reste naturel et impressionnant. ‘’Sans Aéroport international, San-Pedro ne peut convoyer des touristes, rester compétitive et rentable avec même des potentialités touristiques importants’’ affirme le ministre aux opérateurs et officiels de la ville. Il a profité de cette occasion pour dire aux officiels et aux opérateurs économiques que ‘’Nous sommes venus à San-Pedro pour faire l’état des lieux des réceptifs hôteliers de la région du sud-ouest. Nous avons travaillé à améliorer le cadre réglementaire du tourisme en Côte d’Ivoire. Nous avons eu à travailler sur un nouveau code du tourisme, une classification et reclassification des hôtels. Nous avons travaillé à améliorer les conditions d’obtention du visa touristes’’. Il a tenu à faire à la fin de la visite une importante révélation, les visas de moins de 03 mois passeront dans quelques semaines à 33000 F CFA et à 40 000 F CFA pour ceux de plus de 06 mois, pour pouvoir améliorer et relancer l’industrie touristique en Côte d’Ivoire.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le maire de Vavoua s’engage à accompagner le club local de handball

Un Comité d’experts réfléchit sur le programme du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA) 2020

La construction du grand marché de Man divise les commerçants et la mairie

Adiaké abrite la célébration de la Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose

Un vent violent fait plus de 100 ménages sans abri et 38 blessés à Sangouiné