Madani Tall (Directeur des Opérations de la Banque Mondiale): Malgré la crise " L'éléphant a tenu bon! ".
0
 

Écouter
Madani Tall (Directeur des Opérations de la Banque Mondiale):  Malgré la crise

Madani Tall (Directeur des Opérations de la Banque Mondiale): Malgré la crise " L'éléphant a tenu bon! ".

Williams Fian (Stagiaire) | Lu 1338 fois | Publié

Madani Tall, Directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d'Ivoire était ce vendredi, l'invité principal de "Les grands rendez vous de Fraternité Matin". Sur la table des discussions au 13ème numéro de cette tribune " 2007-2013, Banque Mondiale et sortie de crise Côte d'Ivoire : bilan, défis et perspectives". Il ressort des échanges que malgré le refroidissement des relations entre la Banque Mondiale et la Côte d'Ivoire à un moment donné, cette période a vu une influence notable de la banque sur le pays.

Il faut rappeler qu'au cours de cette période, la crise frappait de plein fouet la Côte d'Ivoire mais elle a pu compter sur le soutien de la Banque notamment dans le cadre du programme d'urgence post crise afin de rétablir une croissance. "L'éléphant a tenu bon!" a dit Madani Tall au sujet des effets de la crise sociopolitique qu'a connu la Côte d'Ivoire. Des accords ont été signés et cela du fait d'un détachement de l'approche technocratique sur les conditions de financements de projets en Côte d'Ivoire. Selon Madani Tall "Il est difficile pour un pays qui est dans le noir d'aller aux élections de sortie de crise, il était donc important d’alléger l'agenda économique" a poursuivi le Directeur des opérations de la Banque mondiale. Cela est le signe pour lui d'une présence constante et à toute épreuve de son institution aux côtés de la Côte d'Ivoire. Sentiment confirmé par Kaba Nialé, ministre déléguée à l'économie et aux finances. Celle ci, a mis en avant l'implication personnelle et particulière de Madani Tall dans l'exercice de ses fonctions et le financement de projets en terre ivoirienne notamment dans le secteur de l'électricité. Des signaux positifs sur la période 2007-2013 dans l'activité de la Banque Mondiale en Côte d'Ivoire, mais beaucoup reste à faire et Satigui Koné l'a souligné lui qui est président de la Fédération des ONG de développement de Côte d'Ivoire. Plus proche des réalités quotidiennes du fait de ses activités le premier responsable de la FEDOCI, a appelé à faire mieux surtout pour ces villages à forte densité de population et pourtant encore sans école. Et faire mieux, pourrait passer par la prise en compte par les décideurs et les bailleurs de fonds, de la recherche économique. De l'avis du Professeur Alban Ahouré, Directeur de la cellule d'analyse des politiques économiques, l'émergence économique d'ici 2020 exige une place de choix pour la recherche économique. Cela pour produire des solutions de développement à fournir aux politiques pour application sur le terrain. Face aux réalités du monde financier et économique en Côte d'Ivoire, Madani Tall, s'est dit confiant quant aux potentialités du pays à atteindre le développement, l'émergence économique. Mais l'homme de banque, a aussi insisté sur la nécessité de mettre l'accent sur la bonne gouvernance et de faire face aux nombreux fléaux qui minent la gestion des affaires en Côte d'Ivoire et enfin de ne pas tomber dans l'autosatisfaction. La Banque Mondiale poursuit sa marche avec la Côte d'Ivoire, déjà dans le financement du plan national de développement 2012-2015. Fraternité Matin, tient le prochain invité de sa tribune mensuelle en la personne de Kaba Nialé.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

USA : Deux chefs d'accusation retenus contre Donald Trump

Guinée: Nouvelle manifestation ce mardi contre le président Condé à Conakry

Les Ministres de l’information de la CEDEAO veulent mettre en place une radio sous-régionale

La Côte d’Ivoire va accueillir en février 2020 le plus grand symposium mondial de la filière anacarde

Plus de 200 espèces fauniques sont menacées d’extinction en Côte d’Ivoire (Etude)