Bouaké: Contre les taxes de déchargement des camions, des commerçants grossistes en colère.
0
 

Écouter
Bouaké:  Contre les taxes de déchargement des camions, des commerçants grossistes en colère.

Bouaké: Contre les taxes de déchargement des camions, des commerçants grossistes en colère.

AIP | Lu 1017 fois | Publié

Des commerçants grossistes du marché de Bouaké ont fermé portes et boutiques, mardi dans la mi-journée, pour protester contre les taxes de chargement et déchargement des camions prélevés par la mairie, a constaté l’AIP.

Au dire du porte-parole des commerçants grossistes, Sylla Assane, il est inadmissible qu’après des sacrifices consentis par les commerçants en diminuant les prix des denrées en plus des taxes douanières, municipales et celles des impôts, la mairie leur impose d’autres taxes pour le chargement et de déchargement de leurs marchandises.

\"On a accepté ça seulement pour les Forces nouvelles (FN, ex-rébellion), à part çà on ne peut plus, on ne peut pas accepter çà pour quiconque\", a martelé le représentant des commerçants grossistes de Bouaké.

Interrogé par l\'AIP, le quatrième adjoint au maire de Bouaké chargé des marchés, Touré Aboubacar Sidiki a laissé entendre que ces taxes ne sont pas des impositions spéciales pour Bouaké, mais qu\'elles existent dans la nomenclature normale des taxes municipales avant la guerre et existent partout en Côte d’Ivoire.

Selon lui, les taxes de chargement et de déchargement de camions à Bouaké n’ont pu être prélevées par la mairie du fait de la guerre de 2002 à 2008. Elles ont été l’affaire des FN qui prélevaient en son temps 280.000 FCFA par véhicule venant de la sous-région et 50.000 FCFA pour les véhicules venant de l’intérieur de la Côte d’Ivoire.

\"Avec la reprise de la gestion de la mairie, nous avons ramené ces taxes à la proportion normale qui est de 20.000 F CFA au lieu de 28.000 FCFA pour les véhicules venant de l’extérieur et les véhicules chargeant et déchargeant venant de l’intérieur paient 10.000 FCFA pour les camions de 30 T et 5.000 FCFA pour les véhicules de 10T\", a précisé l’adjoint au maire de Bouaké.

Touré Aboubacar dit ne pas comprendre que les commençants qui ont accepté de payer des fortes sommes au temps des FN refusent de payer les taxes revenues à la normale, surtout qu’à l’issue d’une réunion de concertation entre commerçants grossistes et la mairie, les deux parties avaient convenu sur les montants forfaitaires et la date du début des prélèvements des taxes fixée au 19 avril 2012.

Touré Aboubacar a demandé aux commerçants de voir en ces taxes des taxes légales qui permettent à la mairie d’asseoir son budget de fonctionnement. Il a expliqué par ailleurs que le maire de Bouaké, Fanny Ibrahima a le souci de diminuer le montant des taxes et patentes pour éviter d’étouffer les commerçants et les populations.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Cinq morts dans l'effondrement d'un immeuble à la Casbah d'Alger

Egypte: fin du référendum pour prolonger la présidence de Sissi

Nigeria: un policier fonce sur une procession de Pâques (10 tués, 30 blessés)

Algérie: le PDG de Cevital, plus grand groupe privé, incarcéré (agence officielle)

Madagascar: des contestations sur référendum constitutionnel annoncé pour le 27 mai