La BAD revient à Abidjan, 450 milliards de f cfa à la disposition du pays d’ici 2015
0
 

Écouter
La BAD revient à Abidjan, 450 milliards de f cfa à la disposition du pays d’ici 2015

La BAD revient à Abidjan, 450 milliards de f cfa à la disposition du pays d’ici 2015

Williams Fian ( Stagiaire) | Lu 1310 fois | Publié

La Banque Africaine de Développement revient bientôt à Abidjan. Dernière preuve en date de ce processus de retour de l’institution panafricaine, la visite de Donald Kaberuka, président de la BAD en Côte d’Ivoire.

D’abord reçu par le Président Alassane Ouattara, Donald Kaberuka, président de la BAD a eu un entretien mardi avec le Premier Ministre Daniel Kablan Duncan. Il ressort de ce rendez-vous, qu’un appui financier accompagne le retour de la banque en faveur de la reconstruction post crise "Nous avions fait une annonce d’un milliard de dollars (450 milliards de fcfa) que nous voulions mettre à la disposition du pays d’ici 2015. Il y a déjà 300 millions de fcfa déjà engagés et nous allons respecter cet engagement parce que nous tenons à accompagner la Côte d’Ivoire pour reconstruction". Cet appui financier prévu depuis 2012, est le signe de l’excellence des relations entre la Côte d’Ivoire et la BAD. Il marque aussi l’engagement de l’institution aux côtés des États africains, dans leur fonctionnement et programmes d’activités "Nous voulons qu’elle retrouve sa place dans l’économie africaine", a poursuivi Donald Kaberuka en sortant de sa rencontre avec le Daniel Kablan Duncan. Le retour effectif de la Banque Africaine de Développement est prévu pour la fin du premier semestre 2014.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge au Congrès

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international