La Banque Mondiale à Abidjan souhaite comme priorités " L’éducation, les infrastructures et l’énergie"
0
 

Écouter
La Banque Mondiale à Abidjan souhaite comme priorités

La Banque Mondiale à Abidjan souhaite comme priorités " L’éducation, les infrastructures et l’énergie"

Williams Fian | Lu 1316 fois | Publié

Ousmane Diagana, représentant de la banque Mondiale en Côte d’Ivoire depuis début janvier était face à la presse ce matin.

Et celui qui a pris la place de Madani Tall donné sa vision du développement pour le pays d’autant que l’institution qu’il représente est l’un des plus gros bailleurs de fonds de l’État ivoirien. "Il faut investir les fruits de la croissance dans les secteurs porteurs de richesse: éducation, infrastructures, énergie" a déclaré Ousmane Diagana. Pour mener à bien tous les projets de développement, celui-ci annonce la mobilisation de plusieurs millions de dollars au profit de la Côte d’Ivoire. A la fin de sa mission à Abidjan, Madani Tall, le prédécesseur d’Ousmane Diagana avait affirmé une bonification des relations entre l’État ivoirien et cette institution de Bretton Woods. Ce rendez-vous de son successeur vient donc pour confirmer la bonne qualité de cette collaboration. Le nouveau Directeur des opérations de la Banque Mondiale pour la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Bénin, le Togo et la Guinée a rencontré il y a quelques jours, le président Alassane Ouattara. Ils avaient tous deux évoquer le Programme présidentiel d'urgence (PPU), les projets liés aux secteurs sociaux de base. Il avait alors confié son optimisme pour l’idéal de l’émergence économique en 2020, projet cher au président ivoirien.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Roger Stone, fidèle de Trump, reconnu coupable de mensonge au Congrès

RDC : Le Président Tshisekedi prévoit une éradication du virus Ebola d’ici à la fin de l’année.

Amnesty International plaide pour la réhabilitation de la prison de Katiola

Lancement officiel de planting d'arbres ce vendredi sur le territoire national

Le Gouvernement guinéen rejette un rapport d’Amnesty international