Côte d’Ivoire: Makhtar Diop vice-président de la Banque mondiale : ‘‘Les signaux de la reprise sont perceptibles’’
0
 

Écouter
Côte d’Ivoire: Makhtar Diop vice-président de la Banque mondiale : ‘‘Les signaux de la reprise sont perceptibles’’

Côte d’Ivoire: Makhtar Diop vice-président de la Banque mondiale : ‘‘Les signaux de la reprise sont perceptibles’’

L\'Intelligent d\'Abidjan | Lu 1742 fois | Publié

Le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique Makhtar Diop a effectué le lundi 9 juillet 2012 une visite de travail en Côte d’Ivoire. Rencontres avec les autorités et conférence de presse ont meublé la visite. Première visite en Côte d’Ivoire depuis sa nomination du 4 mai 2012, Makhtar Diop a, au cours de la rencontre avec la presse tenue au siège de l’Institution, indiqué d’emblée qu’il était important qu’il vienne en Côte d’Ivoire, discuter des perspectives avec les autorités, 2 semaines après que le point d’achèvement de l’initiative du PPTE ait été approuvé par le conseil d’administration de la Banque. Faisant une analyse de l’impact du PPTE sur d’autres pays, le vice-président souligne que l’Afrique a le taux de croissance le plus élevé de ces dernières années. Le pari reste la gestion des matières premières découvertes sur le continent et le fait de rendre la croissance inclusive pour toutes les couches de la population. Se prononçant sur la relance économique en Côte d’Ivoire et l’ambition d’être un pays émergent à l’horizon 2020, Makhtar Diop ajoute : « les indicateurs sont positifs, le retour des investisseurs appelle à l’optimisme. L’Etat investit dans de grands projets, l’impact ne se fait pas ressentir tout de suite mais les signes avant-coureurs sont visibles. Les signaux de la reprise sont perceptibles. L’amélioration des conditions de vie des Ivoiriens devrait suivre ». Poursuivant, il insiste que la Banque mondiale accompagne les pays sur la sortie de crise par l’aide à l’Etat dans le rétablissement de ces fonctions régaliennes, par la participation au processus de désarmement et démobilisation et aussi par la création d’emploi. Le vice-président s’est également appesanti sur la situation sécuritaire au Mali. Pour lui, son Institution veut éviter une propagation dans la sous région, de même que la circulation des armes créé une situation difficile pour les autres pays.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

France: la Banque de France baisse sa prévision de croissance pour 2018 et 2019

Urgent | France: le jihadiste de Strasbourg abattu par la police

Togo: climat tendu à l'approche des législatives du 20 décembre, l'ONU s'inquiète

RDC: lourdes peines pour 36 personnes accusées d'attaques à Kinshasa en 2017

Un planteur et son épouse dépouillés de plus 1,7 million FCFA dans un hôtel à Issia