Twitter et Instagram : pourquoi ils se détestent
0
 

Écouter
Twitter et Instagram : pourquoi ils se détestent

Twitter et Instagram : pourquoi ils se détestent

LeFigaro.fr | Lu 868 fois | Publié

Depuis le rachat d\'Instagram par Facebook, les deux réseaux sociaux jouent sur le même terrain et se rendent coup pour coup.

Rien ne va plus entre deux Instagram et Twitter. Ces deux applications parmi les plus populaires sur smartphone ont coexisté sans difficulté durant deux ans sur iPhone, puis sur Android et sur le Web. Mais depuis quelques semaines, la situation dégénère. Au cours de la seule journée de lundi, Instagram a coupé l'aperçu de ses photos dans les «tweets» tandis que Twitter répliquait en sortant une nouvelle version de son application intégrant des filtres à ses photos. La marque de fabrique de son concurrent! Les premières tensions remontent au mois d'avril, lors de l'acquisition d'Instagram par Facebook. Avec cette opération à 1 milliard de dollars (766 millions d'euros), Mark Zuckerberg n'a pas seulement racheté une équipe de développeurs talentueux, comme il en a l'habitude (FriendFeed, Face.com, etc.). Il a aussi mis la main sur une application en forte croissance, à même de faire de l'ombre à Twitter, le seul réseau social qui lui résiste encore. Des applications siamoises Twitter et Instagram sont des applications siamoises. Elles reposent sur la même notion d'abonnés (les «followers»), plutôt que d'amis. Contrairement à Facebook, les relations ne sont pas forcément réciproques. On suit les messages de stars, de médias ou de marques qui nous intéressent. Les utilisateurs, en moyenne plus jeunes que sur Facebook, apprécient ces échanges rapides, par petits texte ou par photos, moins contraignants que sur le réseau social de Mark Zuckerberg. Proches techniquement, Instagram et Twitter nourrissent aussi les mêmes ambitions. Ils se rêvent en réseaux d'information, où l'on ne se contenterait pas de raconter ses vacances et de décrire ses repas. «Notre but est de pouvoir zoomer dans n'importe quelle partie du monde et montrer ce qui s'y passe», expliquait la semaine dernière au Figaro Kevin Systrom, cofondateur d'Instagram. Exactement le même discours que Twitter. Des milliers de photos ont été postées lors du passage de l'ouragan Sandy en octobre aux États-Unis, pour témoigner de la catastrophe. En rachetant Instagram, Facebook n'a pas cherché à l'absorber. Il lui a au contraire fourni des moyens techniques et humains pour mieux concurrencer Twitter. Instagram vient ainsi de se doter d'un vrai site Web, où les photos peuvent être commentées et «likées». Il veut que tout se passe sur son site, quitte à supprimer l'aperçu de ses photos sur Twitter. «C'est sur Instagram que l'expérience est la meilleure», vantait Kevin Systrom sur la scène de la conférence LeWeb. Des filtres prêts pour les fêtes Twitter ne reste pas inactif. C'est même lui qui a tiré le premier, en coupant dès juillet une passerelle technique qui permettait aux membres d'Instagram de synchroniser leurs contacts entre les deux sites. Le cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, a mal vécu le rachat par Facebook. Il avait investi dans la start-up de Kevin Systrom, qu'il a eu pour stagiaire, et s'était montré intéressé par un rachat, selon le New York Times. Dès l'annonce de Facebook, Dorsey a cessé d'utiliser Instagram pour poster ses photos personnelles. Depuis, Twitter s'est donc hâté pour ajouter des filtres à son application et gagner son indépendance. Cette nouvelle option, bricolée avec les services d'un prestataire externe, Aviary, est encore loin du niveau d'Instagram. Mais pour Twitter, il était essentiel d'être présent à temps avant les fêtes. Pendant cette période, les réseaux sociaux enregistrent un pic de connexions. Plus de 10 millions de photos ont été postées le jour de Thanksgiving sur Instagram, un record. Instagram revendique plus de 100 millions de membres dans le monde, contre 500 millions pour Twitter. Aux États-Unis, il fait déjà jeu égal avec lui, en combinant l'audience mobile et Web. La rivalité entre les deux applications fait cependant des dégâts. Obnubilés par leur compétition, Twitter et Instagram se rendent coup pour coup et sont prêts à dégrader leurs services. «Ils ont oublié leurs utilisateurs», regrettait la semaine dernière l'investisseur et blogueur Mike Arrington, sur TechCrunch.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L’Afrique en réflexion à Abidjan sur les enjeux des transitions énergétiques et écologiques

Alain Donwahi offre un siège au PDCI-Renaissance à Soubré

Les villages de Molonou et de Tiébissou invités à accélérer la délimitation des territoires dans le cadre du Projet PARFACI

Universités publiques ivoiriennes: « consensus » entre syndicats et administration sur le barème des heures complémentaires

Installation à Abidjan du Comité national d’organisation du 27è Congrès de l’UPU

Les plus lus