France: 5 interpellations à Amiens après les violences urbaines
0
 

Écouter
France: 5 interpellations à Amiens après les violences urbaines

France: 5 interpellations à Amiens après les violences urbaines

AFP | Lu 1573 fois | Publié

Les forces de l'ordre ont procédé à cinq interpellations dans la nuit de mercredi à jeudi "en lien direct" avec les affrontements entre jeunes et policiers qui ont eu lieu en début de semaine à Amiens, dans le nord de la France, ont indiqué à l'AFP les autorités locales. Les principaux affrontements ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, au cours desquels 16 policiers ont été blessés et trois établissements publics brûlés, dont une école et un établissement sportif. La préfecture du département de la Somme a fait état de cinq interpellations "en lien direct avec les événements des nuits précédentes", effectuées pendant la nuit de mercredi à jeudi dans deux quartiers populaires de la ville. La préfecture a souligné "l'efficacité du service d'ordre" qui a "mené à des débuts d'interpellation". Les quartiers populaires d'Amiens ont passé leur deuxième nuit sous surveillance accrue des renforts policiers mis en place mardi, une nouvelle fois sans incident majeur, a précisé la préfecture jeudi à l'aube. Cent policiers ont été envoyés en renfort dès mardi, portant à 250 le nombre d'agents des forces de l'ordre mobilisés, dont deux compagnies de CRS, munies de canons à eau. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé maintenir les renforts "au cours des prochains jours et nuits, afin de garantir le complet retour à la normale".
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La mairie de San-Pedro offre 8000 kits scolaires à des élèves du primaire et du collège.

Un programme triennal de près 98 millions FCFA adopté par la mairie de San-Pedro

Un taxi finit sa course dans un fleuve à Guiglo: un mort

Le CHU de Yopougon fermé à partir de novembre pour une réhabilitation d'une durée de 36 mois à compter de janvier 2020.

Un tribunal militaire a condamné vendredi l'ancien chef d'état-major de Guinée équatoriale, Ruslan Hermes Nguema Oyana, à 18 ans de prison