Francophonie: "donner aux Africains toute leur place" au Conseil de sécurité
0
 

Écouter
Francophonie:

Francophonie: "donner aux Africains toute leur place" au Conseil de sécurité

AFP| | Lu 1767 fois | Publié

Les chefs d\'Etat et de gouvernement de la Francophonie ont conclu dimanche leur sommet à Kinshasa en réclamant que soit mise en oeuvre \"l\'indispensable réforme du Conseil de sécurité des Nations unies\" afin d\'y \"donner aux pays africains toute leur place\".

"Nous réitérons notre appui à la poursuite de la réforme de la gouvernance mondiale favorable à l'institution d'un système multilatéral équilibré garantissant une représentation permanente et équitable de l'Afrique au sein des organes de décision", ont conclu les pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), dans leur déclaration finale. "L'indispensable réforme du Conseil de sécurité des Nations unies doit donner aux pays africains toute leur place", ont-ils insisté. Les mots choisis, "toute leur place", permettent à l'organisation de ne pas se prononcer sur la représentation précise qu'elle réclame pour l'Afrique au sein du Conseil de sécurité. Des désaccords subsistent en son sein sur l'opportunité de demander un ou deux sièges de membre permanent pour le continent, avec droit de veto. Le Canada s'était notamment opposé à ce que la Francophonie revendique un siège permanent pour l'Afrique au Conseil de sécurité. "Nous réitérons notre appel à la poursuite de l'invitation de deux pays africains au sommet et aux rencontres préparatoires du G20", ont également déclaré les membres de la Francophonie. L'Afrique du Sud est actuellement le seul pays africain invité au G20. Parmi la vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement présents pour ce sommet de Kinshasa, au moins la moitié était des dirigeants africains. Déjà, en 2010, à leur sommet de Montreux, en Suisse, les membres de la Francophonie avaient plaidé pour une plus grande place de l'Afrique dans les instances internationales. Le président français de l'époque, Nicolas Sarkozy, avait présenté comme "un scandale" le fait qu'il n'y ait "aucun membre permanent du Conseil de sécurité émanant de l'Afrique", continent à "un milliard d'habitants". Globalement, la Francophonie s'est engagée "à soutenir l'Afrique dans un partenariat rénové". "Le continent africain joue un rôle grandissant au sein de la gouvernance mondiale. L'Afrique est le nouveau pôle de croissance. Elle représente l'avenir de la Francophonie, grâce au dynamisme de sa jeunesse et à ses potentialités immenses", ont conclu les pays francophones. Selon les projections de l'organisation, les Africains pourraient représenter, en 2050, 85% des 715 millions de francophones dans le monde.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le pape veut "du concret" au cours d'un sommet sur les agressions sexuelles

L'ONU exhorte les Haïtiens à s'exprimer "de manière pacifique"

Le secrétaire général du Syndicat National des Inspecteurs d’Orientation de Côte d’Ivoire (SYNIOCI) interpellé par la police

Des jeunes de Mangouin-Yrongouin envahissent la sous préfecture de Biankouma

Le volume des investissements a connu une hausse de 51% en 2018 (CEPICI)