Panetta en Thaïlande, début d\'un ballet américain en Asie du sud-est
0
 

Écouter
Panetta en Thaïlande, début d\'un ballet américain en Asie du sud-est

Panetta en Thaïlande, début d\'un ballet américain en Asie du sud-est

AFP | Lu 1458 fois | Publié

Le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta est arrivé en Thaïlande jeudi, précédant Hillary Clinton et Barack Obama qui doivent visiter dans les prochains jours une région désormais centrale dans la politique étrangère des Etats-Unis face aux ambitions chinoises.

L'administration Obama fait désormais de l'Asie-Pacifique la pièce-maîtresse, le "pivot" de sa diplomatie -- après une décennie de conflits en Irak et en Afghanistan -- et les Etats-Unis veulent accroître leurs capacités diplomatiques et militaires dans cette région. Les Etats-Unis ont ainsi promis "une présence durable en Asie-Pacifique", selon une déclaration commune américano-thaïlandaise adoptée jeudi, qui souligne le rôle de "leader régional" de la Thaïlande. Washington cherche à contrebalancer l'influence de Pékin, qui a des différends territoriaux avec ses voisins japonais et d'Asie du sud-est sur des archipels en mer de Chine, menaçant ainsi la sécurité des routes maritimes internationales. Les Etats-Unis cherchent notamment pour se faire à renforcer les liens militaires avec la Thaïlande, qui datent de l'époque de la guerre de Corée dans les années 1950 mais avaient été suspendues pendant un an après le coup d'Etat de 2006. "Nous avons une excellente coopération opérationnelle avec les Thaïlandais et ce que nous essayons de faire est de retrouver l'aspect stratégique", a indiqué un cadre du Pentagone sous couvert de l'anonymat. Les bases aériennes et les ports en Thaïlande sont vitaux pour le réseau militaire américain en Asie, et le Pentagone mène chaque année des exercices militaires avec Bangkok, dont l'opération "Cobra Gold" qui a impliqué l'an dernier 13.000 soldats de 24 pays. Pour la première fois, la Birmanie pourrait être invitée en tant qu'observateur de cette opération l'an prochain, nouveau signe du rapprochement entre Naypyidaw et Washington. Après une journée à Bangkok, Barack Obama, premier président américain à se rendre en Birmanie, est attendu lundi à Rangoun pour marquer son soutien aux réformes politiques en cours depuis la dissolution de la junte et l'avènement du nouveau régime en mars 2011. Il doit y rencontrer le président birman Thein Sein et la chef de file de l'opposition Aung San Suu Kyi, avant de se rendre avec sa secrétaire d'Etat Hillary Clinton à Phnom Penh pour un sommet des dirigeants d'Asie-Pacifique qui devrait se concentrer sur les disputes maritimes en mer de Chine.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Nouveau coronavirus : "plus de 100 cas" en Italie, selon le président de Lombardie

Coronavirus: l'Iran annonce trois nouveaux morts parmi 15 nouveaux cas

La lutte contre les avortements clandestins enregistre des «avancées» en Côte d'Ivoire (Ong)

Présidentielle au Togo: le domicile d'un opposant encerclé par les forces de l'ordre (gouvernement, témoins)

Bouna : Un vendeur ambulant écope de cinq ans de prison pour tentative de viol d’une élève