France: référendum en "bonne voie" en Nouvelle-Calédonie malgré un contexte "fragile"
0
 

Écouter
France: référendum en

France: référendum en "bonne voie" en Nouvelle-Calédonie malgré un contexte "fragile"

| Lu 1698 fois | Publié

Les Nations-Unies estiment que le référendum sur l'indépendance le 4 novembre en Nouvelle-Calédonie, territoire français du Pacifique Sud, se prépare dans de bonnes conditions mais que la situation sur place "reste incertaine et fragile".      

"Les préparatifs en vue de la tenue du référendum sont en bonne voie et bien engagés. Les parties signataires de l'Accord de Nouméa (1998) ont fait preuve d'une forte volonté politique et de bonne foi", indique ce rapport de l'ONU récemment mis en ligne, et qui émane du comité spécial de décolonisation de l'ONU dit C24.

Ce comité avait été sollicité pour la deuxième fois par l'Etat français fin 2017, pour effectuer au cours du premier trimestre 2018 une mission d'évaluation impartiale sur l'application de l'Accord de Nouméa, qui a instauré un processus de décolonisation progressif dans cet archipel français, inscrit depuis 1986 sur la liste des territoires non-autonomes à décoloniser de l'ONU.      

Alors que la liste électorale référendaire, sujet politique hautement sensible, est soumise à une kyrielle de restrictions, sujettes à polémique, les experts de l'ONU observent que "le processus électoral s'est beaucoup amélioré depuis 2014".       

"La majorité de la population et les autorités du territoire (...) sont généralement satisfaites des progrès réalisés", ont indiqué les experts onusiens, estimant "impératif pour toutes les parties concernées que le référendum soit juste, équitable, libre et transparent".        

En revanche, ils insistent sur le manque d'explications "claires des enjeux du vote" et soulignent que "de nombreux Néo-Calédoniens demeurent inquiets et préoccupés". 

"Les préparatifs en vue de la tenue du référendum sont en bonne voie et bien engagés. Les parties signataires de l'Accord de Nouméa (1998) ont fait preuve d'une forte volonté politique et de bonne foi", indique ce rapport de l'ONU récemment mis en ligne, et qui émane du comité spécial de décolonisation de l'ONU dit C24.

Ce comité avait été sollicité pour la deuxième fois par l'Etat français fin 2017, pour effectuer au cours du premier trimestre 2018 une mission d'évaluation impartiale sur l'application de l'Accord de Nouméa, qui a instauré un processus de décolonisation progressif dans cet archipel français, inscrit depuis 1986 sur la liste des territoires non-autonomes à décoloniser de l'ONU.      

Alors que la liste électorale référendaire, sujet politique hautement sensible, est soumise à une kyrielle de restrictions, sujettes à polémique, les experts de l'ONU observent que "le processus électoral s'est beaucoup amélioré depuis 2014".       

"La majorité de la population et les autorités du territoire (...) sont généralement satisfaites des progrès réalisés", ont indiqué les experts onusiens, estimant "impératif pour toutes les parties concernées que le référendum soit juste, équitable, libre et transparent".        

En revanche, ils insistent sur le manque d'explications "claires des enjeux du vote" et soulignent que "de nombreux Néo-Calédoniens demeurent inquiets et préoccupés". 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

RDC: un entrepôt de la commission électorale attaqué dans l'est (armée)

Elections en RDC: Fayulu refuse tout report et clarifie sa position

Zuénoula affiche un taux de 104% à la campagne de vaccination contre la méningite A

Municipales partielles: Les bureaux de vote ferment après un scrutin apaisé à Bingerville

Municipales partielles: Deux fraudeurs pris la main dans le sac à Booko