"On ne peut pas faire l'Europe à la carte", lance Fabius à Cameron
0
 

Écouter

"On ne peut pas faire l'Europe à la carte", lance Fabius à Cameron

AFP | Lu 1251 fois | Publié

Le chef de la diplomatie française a estimé mercredi qu\'on ne pouvait pas \"faire l\'Europe à la carte\", réagissant au projet du Premier ministre britannique David Cameron d\'organiser un référendum sur le maintien de son pays au sein de l\'Union européenne.

M. Cameron va proposer mercredi dans un discours très attendu sur l'Europe de consulter les Britanniques à l'horizon 2015-2017 sur le maintien ou pas du Royaume-Uni dans une UE réformée, qui aurait préalablement renégocié ses liens avec Londres. "On ne peut pas faire l'Europe à la carte", a rétorqué M. Fabius à la radio France Info. "Nous souhaitons que les Britanniques puissent apporter des éléments positifs à l'Europe", a-t-il dit. Mais "l'Europe, admettons que ce soit un club de football: on adhère à ce club, mais une fois qu'on est dedans, on ne peut pas dire on joue au rugby", a-t-il lancé. "Ca risque d'être dangereux pour la Grande-Bretagne elle-même, parce que la Grande-Bretagne hors de l'Europe (cela va être) difficile", a poursuivi le chef de la diplomatie française. "L'autre jour j'étais dans une réunion avec des hommes d'affaires britanniques et je leur ai dit: écoutez, si la Grande-Bretagne décide de quitter l'Europe, nous vous déroulerons le tapis rouge", a ironisé M. Fabius, en réponse à son homologue britannique qui s'était dit prêt à dérouler le tapis rouge aux entreprises fuyant l'impôt en France.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Soro Guillaume, ex-président de l'Assemblée nationale, a annoncé qu'il sera candidat à la présidentielle de 2020.

Madagascar: des blessés lors d'une manifestation contre un projet d'extension de la capitale

Pluies au Ghana: 28 morts et des centaines de maisons effondrées

Burkina : un policier tué dans une attaque dans l'est

Guinée: le parquet requiert 5 ans de prison ferme contre les initiateurs de la contestation