Greenpeace Russie pour la fermeture d'une usine qui pollue le lac Baïkal
0
 

Écouter
 Greenpeace Russie pour la fermeture d'une usine qui pollue le lac Baïkal

Greenpeace Russie pour la fermeture d'une usine qui pollue le lac Baïkal

AFP | Lu 1758 fois | Publié

L\'organisation écologiste Greenpeace en Russie a appelé vendredi à la fermeture d\'une usine de cellulose qui selon elle pollue le lac Baïkal, en Sibérie, où se trouvent 20% des réserves d\'eau douce du monde.

L'usine de cellulose de Baïkalsk qui "pollue depuis des années" le lac sibérien, la plus grande réserve d'eau douce de la planète, "doit être fermée", a affirmé à l'AFP un responsable de la branche russe de Greenpeace, Arkadi Ivanov. "C'est une entreprise vétuste qui menace la vie et la santé de dizaines de milliers d'habitants de la région", a-t-il souligné. "L'incendie qui a détruit jeudi une partie de l'équipement technique prouve une nouvelle fois que l'usine est extrêmement dangereuse", selon M. Ivanov. L'usine a été obligée d'arrêter ses activités en raison de cet incendie et les réparations peuvent durer "entre trois semaines et un mois", selon un responsable du ministère des Situations d'Urgence Valentin Nelioubov, cité par l'agence Interfax. L'usine de cellulose de Baïkalsk, construite en 1966 et contrôlée par la compagnie d'investissement Continentalinvest, a été mise en faillite en 2009. Elle a relancé sa production en 2010. Classé en 1996 au patrimoine de l'humanité de l'Unesco, le Baïkal est le lac le plus profond de la planète et le plus grand d'Eurasie.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Coronavirus: nouveaux reconfinements en Inde, proche du million de cas déclarés

Togo: la justice émet un mandat d'arrêt international contre l'opposant Kodjo

Covid-19 : La Fédération internationale de basket-ball (FIBA) a décidé de lever la suspension de toutes ses compétitions

Les Jeux olympiques de la jeunesse de 2022 à Dakar reportés en 2026

Hausse du prix du transport à Bouaflé après le déconfinement du grand Abidjan