La Banque de France préconise 40 mds d'économies pour réduire le déficit
0
 

Écouter
La Banque de France préconise 40 mds d'économies pour réduire le déficit

La Banque de France préconise 40 mds d'économies pour réduire le déficit

AFP | Lu 561 fois | Publié

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a estimé mercredi que la France devait faire 40 milliards d'euros d'économies d'ici 2014 pour réduire son déficit et mener à bien nombre de mesures pour relancer la croissance attendue proche "de zéro" cette année.

Interrogé sur la radio Europe 1 sur les efforts à faire pour parvenir à la limite des 3% de déficit public autorisé par le Traité de Maastricht, M. Noyer a expliqué qu'il fallait "faire en 2014 le même niveau de dépenses qu'en 2012". "Par rapport à la tendance spontanée qui serait une augmentation des dépenses en deux ans de 40 milliards, il faut faire 40 milliards (d'euros) d'économies", a-t-il précisé. Concrètement, "il faut geler les dépenses au niveau atteint en 2012. Cela veut dire qu'il faut faire un effort partout" et notamment "geler les retraites, continuer à geler les salaires des fonctionnaires, les prestations sociales...", a poursuivi le gouverneur. "On n'est pas dans l'austérité, on est aujourd'hui confronté à la nécessité d'avoir une gestion très rigoureuse des finances publiques parce que nous avons un déficit public qui est trop important", a-t-il affirmé. "D'une façon générale, on n'a pas le choix. On ne peut pas continuer pendant des années à creuser les déficits, creuser la dette, à rejeter la dette sur les générations futures", a-t-il martelé. Par ailleurs, M. Noyer a estimé que le pays avait besoin "de doper la croissance" par des réformes structurelles comme celle du marché du travail. La Banque de France a confirmé mardi sa prévision d'une croissance quasi nulle au premier trimestre, à 0,1% du produit intérieur brut (PIB). Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a de son côté déjà indiqué que Paris tablait désormais sur une croissance de seulement 0,1% en 2013 (contre 0,8% auparavant) et de 1,2% en 2014 (contre 2% dans les précédentes prévisions). Après un dérapage budgétaire en 2012, le gouvernement français a reconnu qu'il n'arriverait pas à atteindre l'objectif d'un déficit à 3% du PIB cette année et qu'il négociait un délai avec la Commission européenne.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Un an après sa disparition, le sous-marin argentin San Juan localisé dans l'Atlantique

Des dizaines de morts dans des raids de la coalition anti-EI en Syrie

"Gilets jaunes": la fronde populaire anti-Macron ternie par un accident mortel

Centrafrique: un prêtre retrouvé "calciné" après les combats à Alindao

Centrafrique: un député, ex-chef de milice, extradé vers la CPI, selon une source gouvernementale