France/mariage gay: le climat dégénère à l'approche du vote parlementaire
0
 

Écouter
France/mariage gay: le climat dégénère à l'approche du vote parlementaire

France/mariage gay: le climat dégénère à l'approche du vote parlementaire

AFP | Lu 1183 fois | Publié

Le projet de loi sur le mariage homosexuel entre dans sa dernière ligne droite au Parlement français dans un climat empoisonné par les manifestations de plus en plus radicales des opposants à la réforme, qui font craindre des débordements à huit jours du vote solennel des députés.

Ministres chahutés, tentatives de camping sauvage devant l'Assemblée nationale, train bloqué en gare, les actions coup de poing se sont multipliées depuis l'adoption du texte légèrement modifié par le Sénat et la décision du gouvernement vendredi d'accélérer le calendrier: dernier examen du texte par l'Assemblée dès mercredi et non plus avant l'été, et vote le 23 avril. Le ministre des Relations avec le Parlement Alain Vidalies a fait valoir lundi qu'après déjà 160 heures de débats au Parlement et la multiplication d'"incidents" et de "dérapages" dans la rue, il était temps de tourner la page. Mais les opposants ne l'entendent pas de cette oreille. Le collectif "La manif pour tous" animé par la médiatique Frigide Barjot, de plus en plus débordé par des éléments radicaux issus de l'extrême-droite et du catholicisme intégriste, a appelé à des rassemblements aux abords de l'Assemblée nationale tous les soirs et à une grande manifestation le 21. Il a aussi assuré que le combat se poursuivrait même après la loi adoptée. "Hollande veut du sang, il en aura!", s'était emporté vendredi Frigide Barjot en accusant le président de la République de vouloir instaurer une "dictature". Quant à Christine Boutin, une ancienne ministre de Nicolas Sarkozy se réclamant des valeurs chrétiennes, elle a évoqué le spectre de la "guerre civile". Ce langage revendiquant aussi la légitimité de la rue contre le Parlement n'a pas contribué à faire tomber la tension. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a ainsi été conspué dimanche soir par un petit groupe venu l'attendre à sa sortie d'un concert classique à Paris. Même réception pour la ministre de l'Ecologie Delphine Batho lundi matin lors d'un déplacement dans le sud du pays. "coup de force" Lundi encore 67 personnes ont été retenues quelques heures en garde à vue après avoir été interpellées dans la nuit devant l'Assemblée nationale où elles s'apprêtaient à installer une dizaine de tentes. Et la veille à Nantes, d'importantes forces de police n'avaient pu empêcher le blocage d'un train où voyageait l'essayiste pro-mariage gay Caroline Fourest. M. Vidalies a estimé que les "extrémistes" ont "pris le pas dans ce mouvement parce que la droite républicaine n'est pas au rendez-vous". "Dans une démocratie, la confrontation même sévère, c'est au Parlement, pas dans la rue", a ajouté le ministre. La droite a qualifié de "coup de force" l'accélération du calendrier parlementaire, assortie d'une limitation du débat à 25 heures. L'UMP a déposé plus de 700 amendements. L'article premier, le plus important du projet, celui qui ouvre le mariage aux couples de même sexe, a cependant été voté "conforme", c'est-à-dire dans les mêmes termes au Sénat et à l'Assemblée, ce qui fait qu'il est déjà définitivement adopté. Sommé par la gauche de prendre ses distances avec les éléments les plus radicaux du mouvement, le président de l'UMP Jean-François Copé a fini lundi par condamner les "violences et les dérives" mais a réitéré l'exigence d'un retrait du texte de loi. "Le pays n'est pas mûr pour prendre de plein fouet un tel bouleversement de l'organisation juridique de la famille", a-t-il dit. "Le président de la République est tellement fermé à toute discussion, à toute souplesse, qu'on ne s'en sort pas", selon lui. L'ouverture du mariage aux homosexuels continue à être approuvée par une majorité de Français (53%) mais le droit à adopter qui en est son corollaire et qui cristallise la fureur des opposants est rejeté (56%) selon un récent sondage. Dans ce climat tendu, les associations de défense des homosexuels font état d'une hausse des agressions homophobes: 30% de plus entre 2011 et 2012, selon Elizabeth Ronzier, dirigeante de SOS homophobie.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec Trump en marge de l'AG de l'ONU

Rohani n'a "pas prévu" de rencontre avec Trump en marge de l'AG de l'ONU

Tunisie: Kais Saied en tête, selon des résultats portant sur 27% des votes (officiel)

Les projets non réalisés de l’ex-programme présidentiel d’urgence seront reversés aux différents départements ministériels concernés (Aka Aouélé)

Visite d’Etat dans le N’zi : Le président Ouattara vient rassurer sur la paix et la stabilité du pays (Danho Paulin, ministre)