Laurent Fabius n'exclut pas un vote au Parlement sur la Syrie
0
 

Écouter
Laurent Fabius n'exclut pas un vote au Parlement sur la Syrie

Laurent Fabius n'exclut pas un vote au Parlement sur la Syrie

Reuters | Lu 816 fois | Publié

Un vote du Parlement français sur le conflit syrien est une éventualité mais pas dans l'immédiat, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères.

"Un vote aujourd'hui n'aurait pas de sens tant que tous les éléments ne sont pas réunis", a déclaré sur France Info Laurent Fabius, quelques heures avant un débat sans vote au Parlement. Parmi ces éléments figure le vote, attendu la semaine prochaine, du Congrès américain. S'il était négatif, la France ne frapperait pas seule la Syrie, a déclaré le chef de la diplomatie française, confirmant la position affichée mardi par François Hollande. "Cela a été dit clairement par le président de la République, nous sommes dans une coalition que nous essayons d'élargir", a dit Laurent Fabius. "Les Etats-Unis sont un élément important, non que nous soyons à la remorque des Etats-Unis mais du point de vue militaire, du point de vue de la construction, il est nécessaire d'avoir aussi l'appui des Etats-Unis et donc si les Etats-Unis (...) faisaient défaut, ce type d'action ne serait pas possible et donc il faudrait reprendre la question syrienne d'une autre façon", a-t-il ajouté. En ce qui concerne un vote du Parlement français, la question pourrait se poser, a dit Laurent Fabius. "Au moment où le président de la République française aura en mains tous les éléments de la décision (...), il prendra sa décision, il s'adressera aux Français et la question (d'un vote au Parlement), il devra la trancher", a dit mercredi Laurent Fabius. "Ca reste ouvert. Ce n'est pas exigé par la Constitution (...) mais oui, c'est une possibilité", a-t-il ajouté. Près de trois Français sur quatre souhaitent que le Parlement se prononce par un vote avant une éventuelle intervention militaire en Syrie, selon un sondage CSA diffusé mardi par BFMTV. Jean-François Copé, qui avait approuvé la semaine dernière la posture de François Hollande, demande maintenant d'attendre les conclusions définitives des inspecteurs de l'Onu avant d'agir. "Ce serait une erreur de le faire trop vite dès lors que l'on a pas de certitude absolue", a dit le président de l'UMP sur RTL. "Il faut agir étape après étape". Le chef du principal parti de droite, qui reproche aux autorités françaises "une gestion assez brouillonne" du dossier syrien, souhaite en outre qu'une éventuelle intervention française soit encadrée par une résolution de l'Onu. "S'il n'y avait pas de mandat de l'Onu, ce qui peut arriver, cela pourrait avoir du sens d'avoir un vote" au Parlement français, a-t-il dit. Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Costa-Rica/Venezuela : l'ambassadrice de Guaido va quitter l'ambassade à la demande du gouvernement

Sénégal: faute de débat, des candidats de l'opposition face à un panel citoyen

Kenya: report du jugement sur les lois criminalisant l'homosexualité

La direction générale des impôts (DGI) a franchi la barre des 2000 milliards de francs CFA en 2018 dans la mobilisation des ressources

Une nouvelle entreprise s’installe pour l’enlèvement des ordures ménagères dans le Sud-Comoé