Au moins 25 morts dans les violences à Kiev
0
 

Écouter
Au moins 25 morts dans les violences à Kiev

Au moins 25 morts dans les violences à Kiev

AFP | Lu 1308 fois | Publié

Le bilan s'est considérablement alourdi dans les affrontements ayant éclaté mardi soir sur le Maïdan, la place de l'Indépendance où se cristallise le conflit au centre de la capitale ukrainienne.

Vingt-cinq personnes sont mortes dans les violents affrontements qui ont éclaté à Kiev entre manifestants et policiers, a indiqué mercredi matin le ministère de la santé dans un communiqué. Quelques 241 personnes ont été hospitalisées, parmi lesquelles 79 policiers et cinq journalistes, a ajouté le ministère. Parmi les morts figure un journaliste du quotidien ukrainien Vesti, tué par balles dans la nuit de mardi à mercredi par des inconnus masqués à proximité du Maïdan, la place de l’Indépendance secouée par des violences sans précédent, a annoncé son employeur. Viatcheslav Vérémiï venait de quitter son travail en taxi pour rentrer chez lui lorsque des hommes ont lancé des cocktails molotov vers le véhicule, arrêté à un feu, l’en ont sorti et se sont mis à le battre, a raconté le journal gratuit sur son site internet. Il «a été blessé par balles à la poitrine» et est mort à l’hôpital après plusieurs heures d’opération, a ajouté la publication en russe, réputée proche du pouvoir. Vesti a indiqué que son journaliste avait déjà été blessé fin janvier en marge de heurts entre police et manifestants rue Grouchevski. Il avait alors partiellement perdu la vue. Plusieurs dizaines de journalistes ont été blessés à Kiev depuis le début de la contestation il y a près de trois mois et les organisations de défense des droits de l’homme ou de la presse ont dénoncé des attaques visant délibérément les journalistes. Mercredi matin, le président Viktor Ianoukovitch a menacé de poursuites les leaders de l’opposition. «Les leaders de l’opposition ont négligé le principe de la démocratie selon lequel on obtient le pouvoir à l’issue des élections et non dans la rue (...) Ils ont franchi les limites en appelant les gens à prendre des armes», a déclaré le président dans un discours à la nation, alors que l’assaut était en cours contre les manifestants dans le centre de Kiev. «C’est une violation criante de la loi et les coupables comparaîtront devant la justice», a-t-il poursuivi. Il a reproché aux leaders de l’opposition d’avoir appelé «les radicaux sur le Maïdan à une lutte armée» avant même que ne s’ouvre une session parlementaire mardi qui «aurait pu voir approuvées les lois qui auraient changé l’Ukraine». «Ils ont bloqué le parlement (...) et ont exigé tout le pouvoir pour l’opposition et immédiatement», a-t-il poursuivi. «Sans avoir un mandat du peuple, ces soi-disant hommes politiques ont tenté de prendre le pouvoir en violant la Constitution à l’issue de violences et de meurtres», a-t-il dit en référence aux affrontements sanglants. Selon lui, l’opposition doit soit «prendre ses distances avec les radicaux» soit «reconnaître qu’elle les soutient». «Dans ce cas-là on leur parlera différemment», a-t-il ajouté.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L'artiste ivoirien MEIWAY élevé au rang de citoyen d'honneur de la ville de Grand-Bassam par le Maire Jean-Louis Moulot

Attaque meurtrière au Niger: Le Président Mahamadou Issoufou décrète trois jours de deuil national à compter de ce jeudi

L'Etat islamique revendique l'attaque meurtrière au Niger

L’Ong Save the children salue les progrès de la Côte d'Ivoire dans la lutte contre le paludisme

Taï : Une association d’élèves s'oppose aux congés anticipés