La controversée Ioulia Timochenko est déjà favorite pour l'élection présidentielle ukrainienne
0
 

Écouter
La controversée Ioulia Timochenko est déjà favorite pour l'élection présidentielle ukrainienne

La controversée Ioulia Timochenko est déjà favorite pour l'élection présidentielle ukrainienne

Le Huffpost | Lu 1475 fois | Publié

Elle est apparue en chaise roulante, le visage bouffi mais les nattes toujours parfaitement tressées autour du crâne. Samedi 22 février, Ioulia Timochenko a pendant plusieurs minutes harangué la foule réunie sur la place de l'Indépendance de Kiev. Plus tôt dans la journée, le Parlement ukrainien avait voté la destitution du président Ianoukovitch en fuite et ordonné la libération immédiate de la native de Dnipropetrovsk (au centre du pays).

Retenue à l'hôpital de Kharkiv (est) depuis mai 2012, l'égérie de la Révolution orange de 2004 a passé plus de deux ans derrière les barreaux. En 2011, elle était condamnée à sept ans de prison, accusée par le clan Ianoukovitch et une justice à ses mains d'avoir signé en sa qualité de Premier ministre un accord gazier avec la Russie à des conditions jugées défavorables à son pays. Une peine dénoncée par ses proches et nombre d'observateurs occidentaux comme un symbole de la justice sélective et politique d'un pays où business, politique et justice sont étroitement liés. À l'approche des élections anticipées de mai prochain, également décidée samedi par le Parlement, il reste difficile de prédire le futur de Ioulia Timochenko. Elle devra d'abord s'employer à soigner les hernies discales qui l'affaiblissent depuis plusieurs mois. Le transfert de la prisonnière vers un hôpital allemand avait un temps été envisagé par les autorités ukrainiennes. Sa libération était d'ailleurs une des conditions préalables posées par l'Union européenne pour la signature d'un accord d'association avec l'Ukraine. Mais le volte-face de Ianoukovitch sur cet accord préparé de longue date avait provoqué le début de la contestation (ensuite galvanisée par la répression policière) et douché les espoirs du clan Timochenko. Car c'est d'un clan qu'il faut parler. Au même titre que Viktor Ianoukovitch, son ennemi juré depuis dix ans, celle que l'on surnomme "la princesse du gaz" ou "la dame de fer" est une chef de meute. Affaiblie, muselée durant des années, elle est néanmoins restée leader moral de l'opposition ukrainienne. Entourée de ceux qui l'avaient accompagné quand elle était Premier ministre, à la tête d'une fortune colossale, elle peut revendiquer une cote de popularité intacte et un réseau efficace de soutiens indéfectibles. L'ex-Premier ministre est ainsi apparue depuis sa cellule comme l'opposante la plus radicale au régime de Viktor Ianoukovitch, élu en 2010. Malgré une vidéosurveillance de tous les instants et la tenue à l'écart des médias du monde entier, elle a démontré une combativité impressionnante en prison comme quand elle était Premier ministre (en 2005, puis de 2007 à 2010). Mais alors que certains manifestants de Maïdan regrettaient l'absence d'un leader de son calibre pour renverser le régime dès le début de la contestation, la sortie de prison de Ioulia Timochenko pourrait en réalité compliquer la situation pour l'opposition.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L’ancienne ministre des finances du Liberia Antoinette Sayeh, est nommée Directrice Générale Adjointe du FMI.

Malawi: le Parlement fixe de nouvelles règles pour la nouvelle présidentielle en mai

Le procès en appel de Jacques Mangoua reporté au 24 mars

Lutte contre l’apatridie : le HCR et le gouvernement ivoirien saluent les progrès réalisés

Les inscriptions aux examens scolaires à grands tirages prennent fin le 28 février (DECO)