L\'Otan affirme avoir tué le numéro 2 d\'Al-Qaïda en Afghanistan
0
 

Écouter
L\'Otan affirme avoir tué le numéro 2 d\'Al-Qaïda en Afghanistan

L\'Otan affirme avoir tué le numéro 2 d\'Al-Qaïda en Afghanistan

AFP | Lu 940 fois | Publié

L'Isaf, la force armée de l'Otan en Afghanistan, affirme mardi dans un communiqué avoir tué le numéro 2 d'Al-Qaïda dans l'est du pays lors d'un bombardement. "Sakhr al-Taifi", un Saoudien également connu sous le nom de "Mushtaq and Nasim", "commandait des insurgés étrangers" en plus de "diriger des attaques contre la coalition et les forces afghanes", explique ce texte. L'homme est qualifié de "deuxième plus haut responsable d'Al-Qaïda en Afghanistan" par l'Isaf, ce qui provient "d'évaluations de services de renseignement", a précisé un de ses porte-paroles à l'AFP. Sakhr Al-Taifi "voyageait régulièrement entre l'Afghanistan et le Pakistan", ramenant en Afghanistan "armes", "équipements" et "combattants", d'après le communiqué. "Après avoir identifié avec certitude Sakhr al-Taifi et un autre terroriste d'Al-Qaïda, et s'être assuré qu'aucun civil n'était à proximité", l'Isaf a déclenché une "frappe précise" sur la cible dans la province de Kunar (est), qui n'a fait aucune victime civile ni dégâts à des biens civils. Le président américain Barack Obama a affirmé début mai que "vaincre Al-Qaïda" et "l'empêcher de se reconstituer" était "désormais à (la) portée" de troupes afghanes et de l'Isaf en Afghanistan. La force internationale, composée pour l'essentiel de soldats américains, a effectivement réussi à se défaire de la majeure partie des éléments d'Al-Qaïda basés en Afghanistan, en partie car ceux-ci se sont immédiatement enfuis vers le Pakistan ou, plus tard, ont migré vers d'autres zones de conflit (Yémen, etc).
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Bientôt une usine de broyage de fèves de cacao à Tiassalé

Le conseil régional de la Bagoué livre des infrastructures d’une valeur de 177,5 millions Fcfa

France: nouvelle journée de manifestations de gilets jaunes à haut risque

Algérie: la mobilisation ne faiblit pas après un mois de contestation

Guinée équatoriale: premier jour du procès du "coup d'état" présumé de 2017