Le "vice-président du Sénat du Nigeria" bastonné en Allemagne : que s’est-il passé ?
0
 

Écouter
Le

Le "vice-président du Sénat du Nigeria" bastonné en Allemagne : que s’est-il passé ?

Les observateurs France 24 | Lu 211 fois | Publié Il y a 24 jour(s)

Une vidéo circulant depuis mardi 20 août sur les réseaux sociaux francophones montre un homme – présenté comme le vice-président du Sénat nigérian – en visite en Allemagne, où il est malmené par une foule en colère. La raison avancée : l’homme serait venu se faire soigner dans un hôpital allemand, et les manifestants lui reprocheraient de ne pas suffisamment s’occuper du développement des hôpitaux au Nigeria. Mais cette explication est totalement fausse.

Publiée sur une centaine de pages et de comptes d’utilisateurs sur Facebook, la vidéo de 43 secondes a été visionnée plus de 230 000 fois dans la publication ci-dessous par exemple. La légende affirme :

"En Allemagne, le vice-président du Sénat du Nigeria bastonné par ses compatriotes qui lui demandent de rentrer se soigner dans les hôpitaux du pays comme le reste de la population défavorisée !"

 

La publication fait référence au fait que de nombreux hommes politiques africains reçoivent des traitements dans des hôpitaux européens, plutôt que dans leur pays, comme le président nigérian Muhamadu Buhari, le président gabonais Ali Bongo, ou encore l’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika.


Pourquoi cette légende est fausse ?

La rédaction des Observateurs de France 24 a contacté plusieurs Nigérians vivant en Allemagne pour en savoir plus. L’un d’eux, Bob Williams, trésorier du parti des Peuples indigènes du Biafra (IPOB) en Allemagne, présent lors de la scène, explique :

"Cela s’est passé à Nuremberg, le 16 août. Cet homme est Ike Ekweramadu : il est sénateur dans l’État d'Enugu, dans le sud-est du pays, et il a également été plusieurs fois vice-président du Sénat, mais il ne l’est plus actuellement. Il avait été invité pour les célébrations du festival "New Yam", un événement culturel organisé une fois par an par la communauté Igbo, dont je fais partie.

Cette invitation a beaucoup énervé certains jeunes du parti de l’IPOB, car ils considèrent que cet homme politique ne défend pas les intérêts de nos peuples. C’est pour cela qu’ils l’ont attaqué. [L’IPOB réclame la création d’une République indépendante dans le sud-est du Nigeria, à grande majorité Igbo, où le sentiment de mise à l’écart par Abuja au profit du Nord est très présent, NDLR.]

La légende affirmant que c’était pour des soins médicaux est fausse, même si nous considérons aussi que la plupart des politiciens nigérians sont corrompus et qu’ils ne font pas assez pour les infrastructures dans le sud-est du Nigeria."

Lire plus sur Les Observateurs France 24

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

En continu

Dominique Ouattara partage les initiatives de la lutte contre l’épineuse question du travail des enfants à Washington

La Tanzanie dément toute présence du virus Ebola

L’ex-président tunisien Ben Ali s’est éteint à 83 ans

Huawei lance son premier smartphone touché par les sanctions américaines

Brexit: Londres a jusqu'à fin septembre pour soumettre une proposition écrite (Premier ministre finlandais)

Les plus lus